Exposition Julia Jaeckin Galerie Just Jaeckin

Exposition d'art

JULIA JAECKIN
EXPOSITION DU 4 AVRIL AU 11 MAI 2019
VERNISSAGE LE JEUDI 4 AVRIL 2019 DE 18H A 21H
M O R O C C O

Galerie Just Jaeckin
19 Rue Guénégaud, 75006 Paris
Téléphone : 01 43 26 73 65
galeriejaeckin(at)gmail.com
hello(at)galerie-jaeckin.com
www.galerie-jaeckin.com 

« Ce que j’aime dans la photographie, c’est pouvoir capter l’espace d’un court instant un regard, une émotion. La femme est ma muse que ça soit dans le domaine du portrait ou de la mode. M’étant toujours inspirée du travail de mon père arrivant à capturer le sourire dans les yeux de ses modèles, je m’efforce à réussir cette quête du bonheur, la mettant en honneur dans l’image. J’aime travailler à l’argentique, apportant un grain et un contraste spécial à mes photos.
Je compte réaliser plus tard une série de nus artistiques, peints de paillettes apportant une ambiance cosmique en accord avec des jeux de lumières claires obscurs afin d’apprivoiser la beauté du corps féminin, sans tomber dans la vulgarité. Cette série sera poétique et entremêlera sensualité et odes à la femme, inspirée du travail de mes parents. Je sais aujourd’hui dans quel esprit et forme de photographie je veux m’engager, une base classique dont le cadrage et la lumière sont mes critères de création que je vais développer et personnaliser. »
Julia Jaeckin

 

Aït Sous, 2018 dim 80 x 110 cm  Numérique Edition 2/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
La Contemplation, 2018 dim.60 x 80 cm  Argentique Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
La Contemplation, 2018 dim.60 x 80 cm
Argentique Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
Julia Jeackin

Julia est la fille des artistes aux multiples talents Just Jaeckin, photographe-sculpteur-réalisateur et Anne, sculptrice. Entourée dès son plus jeune âge par le monde artistique, elle se destine très tôt à la photographie. Grâce à son père, elle apprend la base du métier, le cadrage et la lumière.
Pour entreprendre sa passion, Julia entre à l’École des Gobelins, où elle y sera diplômée en 2018. C’est ici qu’elle apprend les difficultés du métier, affirmer son propre style. Elle reprend ensuite la gérance de la galerie Just Jaeckin en septembre 2018.
A travers ses images et son oeil très personnel, nous ressentons son empathie pour ses modèles, très marquée dans sa série sur les marocaines.
Pour Julia, l’art est une façon de donner du sens au monde qui nous entoure.

« La photographie de mode est son terrain de prédilection, sa sensibilité pour la lumière et le cadrage sont la base de son talent » - Just Jaeckin.

Le travail qui vous est présenté ici est tiré de deux séries artistiques, la première « Fleur d’oranger » et la seconde « Ombres et Lumières », et d’une série reportage « Terre rouge ».
Elles ont été réalisées au Maroc, pays qui lui est cher, où elle va régulièrement pour s’y ressourcer, ses parents s’y étant installés il y a quatre ans pour réaliser leurs oeuvres artistiques.
Elle a souhaité mettre à l’honneur la Femme marocaine, par sa beauté et sa force qui la fascinent.

« Fleur d’oranger »
Le Reflet, 2017  60 x 80 cm Argentique  Edition 2/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
Le Reflet, 2017
60 x 80 cm Argentique
Edition 2/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
La série « Fleur d’oranger » a été réalisé avec Fatima El Zhorre, Miss Maroc 2015, sa première rencontre avec une beauté orientale. Elle a vraiment cherché à mettre sa beauté en valeur tout en respectant sa pudeur.
Cette série réalisée en argentique, met en avant les couleurs chaudes du pays et la douceur qu’elle a rencontrée au contact de Fatima.
« Fleur d’oranger » est le nom qu’elle a souhaité donner à la série, car elle représente les pouvoirs calmants de cette fleur, qui se dégage par ses couleurs et sa lumière douce.
Elle a souhaité changer les codes de la photographie de mode, en mettant à l’honneur la beauté de la femme en accord avec le stylisme qu’elle porte dans différents décors. L’image de la liberté, de la beauté, de la passion, sont les points forts ressortant de cette série.
« Ombres et Lumières »
Sahrouie, 2018  80 x 110 cm Numérique  Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
Sahrouie, 2018
80 x 110 cm Numérique
Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
Dans la série « Ombres et lumières », Julia a souhaité présenter la femme marocaine contemporaine, avec de nouveaux codes inspirés du monde moderne où la femme est libre de penser et de s’exprimer avec son corps et l’autre plus traditionnelle avec son passé ancestral. L’une se dénude alors que l’autre se dévoile discrètement essentiellement par l’intensité de son regard.
Les éclats de lumière et la densité des ombres ont un rôle important, afin d’en accentuer leurs contrastes. C’était également une volonté de sa part de raconter deux histoires en photographiant deux jeunes modèles de la même génération Casablancaise.
Julia a voulu mettre en avant quatre portraits conventionnels avec des parures de bijoux représentants l’identité de chaque région du Maroc : la région du Souss, celle du Sahara, de l’Anti-Atlas, et du Moyen-Atlas.
La force et la fierté de ces femmes ont été mises à l’honneur pour leur rendre hommage.
Dans la même lignée de ces portraits, Julia a souhaité présenter des portraits plus imagés, pour mettre à l’honneur également la femme traditionnelle, par l’utilisation du voile et de la lumière et des ombres.
En opposition, elle a exprimé son image de la femme marocaine contemporaine, qui se laisse absorber par l’insouciance et la liberté. La lumière entretient encore un rôle primordial à cette construction, par sa douceur elle porte la modèle dans son propre épanouissement à travers l’évolution des moeurs mettant la jeunesse au coeur du développement de la société.
Cette série permet de comprendre le poids générationnel qui ne cesse de peser sur une société en constante évolution.
« Terre rouge »
Dans cette série reportage nous partons à la rencontre des habitants du village d’Ouirgane, situé dans les montagnes de l’Atlas marocain.
« Terre rouge » est le nom donné à cette série afin de rappeler le paysage rencontré, aride par sa terre de couleur rouge et flamboyant par les personnalités y résidant, rempli de chaleur humaine.
Julia s’est énormément concentrée sur les femmes et les enfants là-bas, sur leur quotidien et leurs conditions de vie difficile mais pour autant merveilleuses.
Le peuple berbère regroupe de nombreuses sociétés et d’ascendances.
Leurs unités communes sont la langue, l’une des plus anciennes de l’humanité, et leur histoire commune. Ils se qualifient comme Hommes libres.
La barrière de la langue n’était guère un frein à cette rencontre émotionnellement forte et inoubliable au sein d’un peuple accueillant. En captant leurs sourires dans leurs yeux , elle a souhaité refléter dans ses photos, leur joie de vivre et leur insousciance face au monde extérieur. Bien qu’ils vivent dans des conditions précaires, propres à leur histoire et leurs valeurs, ce peuple n’en est pas moins joyeux et plein de vie.
Biographie Julia Jaeckin

Née en 1994, Julia a eu une enfance tirée de « l’école buissonnière » à la campagne, en Normandie. Loin de l’agitation parisienne, elle a été préservée par ses parents du monde superficiel et renfrogné.
Fille unique, elle trouve refuge auprès des animaux, dont l’équitation qu’elle débute dès l’âge de six ans.
Elle gardera jusqu’à aujourd’hui cette part de « nature » et d’insouciance en elle.
A l’adolescence, Julia commence ce qui deviendra ensuite son métier, la photographie.
Influencée par la carrière de son père, d’une génération libre et insouciante, elle se sent née à la mauvaise époque. Aujourd’hui l’émergence de la photo, de cette société d’image rend le monde de la photographie plus difficile.
Le travail de sa mère, à travers ses sculptures l’ont également inspiré. Elle lui a transmit un oeil sur la beauté des mouvements du corps et de la femme. Ses sculptures réalistes de part leurs mouvements légers, étendus et gracieux pour rendre le corps de la femme fascinant, l’ont beaucoup impressionné.
Elle entre à l’École de l’Image Les Gobelins en formation photographie en 2015, elle en sortira diplômée en 2018. Grâce à cette école, elle sait aujourd’hui quelle photographie elle souhaite réaliser : classique, mais toujours de qualité, le cadrage et la lumière sont les bases à assimiler et à personnaliser en tant qu’artiste.
En septembre 2018, entourée de la bienveillance de ses professeurs, elle reprend la gérance de la Galerie Just Jaeckin dans le 6e arrondissement de Paris dans le but d’y instaurer un nouveau concept. Elle ouvre au sein de la galerie un studio photo avec tout l’ancien matériel de son père, afin de continuer ses projets personnels.
Son style se reconnait au fil de ses séries, chose primordiale et honorable d’être différencié par le public parmi d’autres artistes de sa génération.

Expositions
2019 – Exposition collective et familiale à la Galerie SO ART, Casablanca
2018 – Exposition permanente à l’Atelier Just Jaeckin, Saint-Briac
2016 – Exposition collective « Café de Flore » à la Galerie Just Jaeckin, Paris

Etudes
2015-2018 - Ecole des Gobelins, formation photographie

A propos de la Galerie Anne & Just Jaeckin
Galerie Anne & Just Jaeckin 
Ouverte en 2001, la Galerie Just Jaeckin est située dans le 6e arrondissement de Paris, elle présente tout au long de l’année des expositions dédiées à la photographie et à l’art contemporain.
Cette galerie est tenue par la famille d’artistes Jaeckin, Just photographe-sculpteur-réalisateur, Anne sculptrice et Julia photographe.
Le milieu de l’art fait partie de leur patrimoine familial, photographies et sculptures ont accompagné leur vie, en donnant lieu à cette galerie qui est un repère pour découvrir les artistes du moment ou redécouvrir d’anciennes oeuvres qui vous feront voyager à travers le temps et les styles.
Depuis 4 ans, la Galerie Just Jaeckin travaille avec le duo d’agents d’artistes, 2ArtAngels. Grâce à cette union, un grand nombre d’évènements marquants ont eu lieu, comme l’exposition du Café de Flore, ou celle sur le quartier de Saint-Germain-des-Prés par Georges Dudognon.

« Julia a la tête bien faite. L'Art, dit-elle, est une façon de donner du sens au monde qui nous entoure. Ce n'est pas une « fille à papa » bien qu'elle bénisse le bouillon de culture dans lequel elle a grandi et en a retenu les exigences et l'émulation. Comme Just a reconnu ce qu'il devait à Peter Knapp, Julia a appris de son père la base du métier, le cadrage et la lumière. Après trois ans à l’École des Gobelins, la voici qui réalise ses promesses, confrontée au plus difficile affirmer son propre style dont on sait depuis Buffon que, sans lui, il n'est pas d'artiste. Il ressort de ses images une empathie pour ses modèles, très éloquente dans sa série sur les marocaines.»
- Hervé Poulain, Curateur, Président d'honneur d'Artcurial et Commissaire priseur.
Préface issue de l’exposition JJART «Lumières, matières et formes» à la Galerie SOART à Casablanca qui a lieu en ce moment jusqu’au 13 mars 2019.
http://www.soart-gallery.com/soart/ 
Aya, 2018  80 x 110 cm Numérique  Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
Aya, 2018
80 x 110 cm Numérique
Edition 1/8 + 2 EA © Julia Jaeckin
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。


CHERCHER SUR NOTRE SITE