art panneauManifeste pour un art actuel face à la crise planétaire

Les analyses abondent de tous horizons pour changer nos paradigmes, nos valeurs, nos gouvernances politiques, économiques, sociales, écologiques, culturelles, locales aussi bien que planétaires et nos comportements individuels, pour repenser nos pratiques de santé publique, d’éducation, de commerce, revaloriser la société civile face aux logiques surplombantes de nos gouvernants. Tout y passe, contradictoirement souvent. Mais force est d’entendre le silence assourdissant d’un grand absent de ce concert d’appels urgents à mutations : l’art. Pourtant dans le domaine de l’art aussi, la « normalité » qui nous a menés à une catastrophe planétaire doit être profondément repensée.

-La créativité individuelle du « n'importe quoi est art » initiée par Dada, Fluxus, le happening, les installations les plus diverses, a eu ses vertus créatives, on ne saurait le nier. Mais cette liberté extrême, qui nous libérait des poncifs de l’art et de la société, et célébrait l’alliance de l’art avec la vie, a inévitablement, comme l’avant-gardisme exacerbé des années 1960-70, atteint un degré de caprice individuel, de saturation, de non-sens et d’épuisement de ses modalités expressives, qui en détournent aujourd’hui le public élitiste, et auxquelles le grand public n’a jamais adhéré. Et c’est sans compter que le monde a considérablement changé entre temps, appelant à de nouveaux engagements artistiques.
-Quant au « market art » globalisé, trop souvent vide de sens et médiocre, sa fibre marchande l’a réduit à un simple produit financier de spéculation entre les quelques mains de collectionneurs richissimes, faiseurs et défaiseurs de côtes outrancières qui éclateront comme des bulles irisées de savon. Il n’est même plus le « supplément d’âme » du capitalisme déréglé qui l’a instrumenté, mais un vulgaire placement : faits du prince, ports francs et enchères. Cette dérive ahurissante a tué le marché traditionnel des collectionneurs et des galeries qui aimaient fidèlement les artistes qu’ils soutenaient durablement. Ceux-ci en sont réduits à devenir des artisans commerçants de redites esthétiques pour nouveaux riches ou, s’ils préfèrent demeurer des explorateurs authentiques du monde actuel, de petits autoentrepreneurs marginaux et miséreux dans un marché mondial qui les ignore et les réduit à quêter aux portes des programmes de bienfaisance des institutions culturelles gouvernementales, s’il en existe dans leur pays.

Lire la suite...

Lolochka 1989 huile sur tole 116x89cm nativité
Lolochka 1989 huile sur tole 116 x 89 cm nativité

Que la joie demeure

Construire des images qui déconstruisent les images archétypales et mettre le souffle , le changement permanent au coeur du tableau.
Donner à voir un instant dans sa respiration infinie voici ma folle ambition
la réalité apparaît ainsi en son morcellement dans le miroir de ma rétine comme de mouche !
reflet brisé en plusieurs morceaux, fractures de temps, êtres démultipliés, moments dérobés, rêves suspendus, futur entrevu...
Expressionnisto surréaliste peut-être ?
Peintre des remous de l'âme je peins pour trouver un équilibre, je peins pour voir où celà me conduit, je peins aussi pour m'éduquer ; au fur et à mesure que le tableau avance, n'osant rien que je ne puisse assumer !
Matisse disait " chacun de mes tableaux est une aventure" et bien c'est ainsi je peins en aventurière!
Les méandres de la pensée, les fluides, interstices de la mémoire et de la conscience m'emportent souvent puis quelque chose me retient, me freine, m'enserre le cou, je freine , m'attarde, romps le noeud, me libère d'un trait , d'une couleur, cours voir ailleurs , pourvu que je n'y sois pas ! Des images s'imposent tenaces, la volipté, l'amour, la conception, la maternité, là c'est en témoin que je peins de ma vie de femme...
Invoquer la sève de la vie en peignantces ombres errantes,visages,corps, femmes , famen âmes.
Naîtren grandir, aimer, vivre!
Respirer, aspirer, raconter, peindre!
Et surtout disparaître! Que l'ego, la conscience,la volonté plient enfin balayés par un souffle de vie puissant traversant mon corps et par mes doigts ailés dessinent en un jeu de formes et de couleur un ballet en forme d'une unique prière : " que la joie demeure !'

Lolochka

Lolochka Before the birth
Lolochka Before the birth

signe monaTout le monde connaît Mona Lisa. Mais vous êtes-vous demandé un seul instant, si celle qui vous regarde avec insistance est bien celle que vous croyez ?
Depuis son vol au Louvre en 1911 par Vincenzo Peruggia et sa restitution en 1914, bien des années se sont écoulées. Mais quand Julie, notre héroïne jeune experte en oeuvre d’art, découvre et divulgue l’impensable, La Joconde est au centre de toutes les attentions des médias, du monde de l’art, de la mafia, des experts, des faussaires et même des états et leurs services secrets.
Signé Mona, un roman aux accents de thriller, vous mène jusqu’à la dernière ligne, dans une haletante recherche de la vérité… Vous n’en sortirez pas indemne !

Renaud Siry est chanteur (disque d'or en 1980 avec Help Michèle), musicien (pianiste, guitariste et batteur), grand collectionneur d'automobiles miniatures et passionné de voitures. Il a publié chez E.T.A.I : DS miniatures de mon enfance, 50 ans de tôle et Peugeot 404 de mon enfance. Avec Signé Mona, il publie son premier roman qui part d'une idée simple. " Et si la Joconde, qui vous regarde avec insistance, n'était pas celle que vous croyez ?

EAN : 9782354982263 - 380 p. format 150x230 mm.

Editions Douin
27 résidence de Bel Ebat
78170 La Celle Saint-Cloud
fred.douin(at)gmail.com

www.editions-douin.com

Lire la suite...

Ce texte expose la philosophie de la peinture et de la vie selon Michel Patrix
Ces images sont tirées du livre écrit par sa veuve "Il n'y a de jugement que dernier : le quotidien d'une femme de peintre", Annie Guevel, Editions Hubert Julia - 1984,
L'original se trouve dans le livre de bord de l'Artiste

Blaise Patrix
les ateliers pARTage
46, rue du fort, B1060 Bruxelles
gsm:+32 (0)4 78 56 31 33
http://www.blaisepatrix.com
patrix lettre1b
Lire la suite...

Gilda Richet devant un tableau de la série Eroticones
MON CONCEPT :
NE PAS EN AVOIR ...  EST-CE POSSIBLE ?
Gilda Richet toile de 2014
Est-il possible aujourd'hui de vivre, de créer en toute liberté sans autre contrainte que l'exigence de la création ?
Est-il possible aujourd'hui d'avoir la simple  ambition, celle d'être de passage et d'exprimer  une sensibilité dans le rapport à la réalité et dans un laps de temps donné ?
Est-il possible aujourd'hui de travailler sérieusement sans se prendre au sérieux ?
Lire la suite...

Photo de Julia Cserba et Gabriella Cseh à droitePhotographers of Hungarian Heritage in France from the 1920s until the Present Day

Author: Júlia Cserba, Gabiella Cseh

Covering a time span from the 1920s to the present, this book provides an overview of works by Hungarian photographers in France throughout the previous century.

The volume comprises the most comprehensive list of émigré photographers, with significant oeuvres from various periods, an impressive undertaking whose scope alone fills a major gap in photographic history. Each of the fifty-five photographers is treated with an extensive description, beginning with a lexical introduction followed by detailed biographical information on their professional careers, personal motivations, social circles, and providing photographs typical of their oeuvre and/or major publications, drawing on archival and researched documents as well as information collected first-hand from relatives and personal friends.

In addition to iconic names in the field such as André Kertész, Brassaï, Robert Capa, Ergy Landau, François Kollar, Paul Almasy, Emeric Fehèr, or André Steiner, the book also delves further into the past hundred years to present lesser-known photographers that were their contemporaries, as well as emerging photographers from the later, younger generations.

A separate chapter is dedicated to close to thirty photographers who worked in France for variable periods of time but left comparatively little data aside from their artworks.

The book also contains an introduction by the prominent French photographic historian Michel Frizot and a detailed bibliography.

Photographers of Hungarian Heritage in France from the 1920s until the Present Day
Lire la suite...

En 2003, j'ai fondé l'association Marseille-Art-Monde et le site Massalia Laboratory pour promouvoir des expressions artistiques modernes et contemporaines. Plusieurs expositions remarquées devaient s'ensuivre, malgré une dynamique collective difficile à gérer sur la durée. C'est ainsi que je me suis tourné, en 2006, vers l'édition, avec la création des Editions du Port d'Attache dont le succès, lui, n'a fait que croître. Aujourd'hui, c'est sous la forme du blog que je veux décliner l'intérêt que je porte, depuis plus de trente ans, aux arts plastiques. Avec lui, je continuerai à suivre, de façon souple et sans contrainte, l'actualité des musées et des galeries, principalement à Marseille et dans la région (mais pas exclusivement)...  

Jacques Lucchesi

MUCEM - Marseille

Art-Cloche :  les oubliés de l’Histoire ?  Ce que la trajectoire des  anciens d’Art-Cloche nous dit  sur le fonctionnement  du monde de l’art

Art-Cloche : les oubliés de l’Histoire ?
Ce que la trajectoire des anciens d’Art-Cloche nous dit sur le fonctionnement du monde de l’art

Ce printemps, les éditions Libel publient Art-Cloche : les oubliés de l’Histoire ?, premier travail à avoir reçu le Prix du mémoire de Sciences Po Lyon.

En 2018, Sciences Po Lyon a décidé de remettre un prix du mémoire afin d’encourager les étudiants de 4e année à choisir de rédiger un mémoire et ainsi s’initier à la méthodologie du travail de recherche scientifique. Le travail lauréat fait l’objet d’une publication, laquelle a été confiée aux éditions Libel.

Après délibération de la Commission scientifique, le Prix du mémoire 2018 de Sciences Po Lyon a été décerné à Yonna Soltner pour son mémoire intitulé «Art-Cloche : les oubliés de l’histoire ? Ce que la trajectoire des anciens d’Art-cloche nous dit sur le fonctionnement du monde de l’art», soutenu sous la direction de Max Sanier.

Son travail retrace l’histoire du collectif artistique Art-Cloche. Il explicite le positionnement du collectif en marge de ce que Becker appelle le « noyau du monde de l’art ». Au travers du discours des artistes d’Art-Cloche, il montre que, malgré l’effritement progressif de la radicalité de ce positionnement initial, ils ont été constamment écartés de ce noyau. Ce rejet met en lumière non seulement l’existence d’une hiérarchisation, mais également de jeux de pouvoir à l’intérieur du monde de l’art, dont les artistes marginalisés ressortent généralement perdants :
délégitimés ou dévalorisés par les acteurs du noyau de l’art, leurs travaux peinent à s’inscrire dans « l’Histoire de l’art », au risque de finir oubliés.

Lire la suite...

Brassaï for ever

Brassaï & Roger Grenier, « Correspondance, 1950-1983, Gallimard, Paris, 2017

« Dans le secret d'une photo »  Roger Grenier écrivait  « Le présent est un pays étranger, j'y vis en exil. ». Pour autant la mémoire de Brassaï que forcément le livre rameute n'incite pas à la seule nostalgie. Et si Grenier se revendique du passé ; s'il ressent, âge aidant,  davantage le regret  que l'envie d'agir dans le présent, il fait preuve dans « Brassaï est les lumières de la ville » - essai qui ouvre cette correspondance riche de documents iconographiques – d'un beau recul des choses qu'il remet à leur juste place.

L'auteur explique aussi la genèse des photos nocturnes de Brassaï, sa capacité à trouver des solutions originales  et « parfois saugrenues » pour capter prostitués, clochards ou autres sujets. Il prouve en élargissant son approche que  « l'art qui ment le moins » devient pourtant de moins en moins le tremplin pour l'imaginaire qu'il fut pour Brassaï. Et les « selfies » ne sont pas faits pour améliorer le problème...

Grenier garde comme  maître, grand frère et ombre tutélaire celui qui, contrairement à lui, détestait Paris : Camus. Mais le lecteur de Gallimard n'oublie pas une des premières phrases que l'auteur de  « L'Etranger » lui adresse : « Je ne te laisserai jamais tomber ». Et Grenier de préciser « Je connais peu de gens qui pourraient dire une chose pareille. Il ne m'a en effet jamais laissé tomber ». Lui-même fit de même avec Brassaï. Sa correspondance avec le photographe le prouve même s'il demeure tel qu'il est : peu disert. Brassaï et son épouse y sont plus bavards.

Toutefois les échanges épistoliers n'étaient là que pour combler les absences du couple : Les Brassaï voyageaient beaucoup mais n'oubliait jamais le Régent du collège de Pataphysique qui fit haussé à ce titre par son fondateur que Grenier décrit ainsi : « Emmanuel Peillet, alias Anne de Latis, Jean-Hugues Sainmont, Dr Sandomir, Mélanie le Plumet, Oktav Votka, Elme Le Pâle Mutin, etc. C'était un professeur de philosophie pince-sans-rire très drôle ».

Pour autant Grenier ne fanfaronne jamais. Pas plus dans sa vie, ses livres que dans cette correspondance. Et l'auteur de préciser : « On m'a reproché il y a quelque temps de ne jamais y mettre les pieds mais c'est pourtant, pour moi, un des principes de la pataphysique, qui est de ne rien faire. J'y suis fidèle »... Comme il fut fidèle à Brassaï. L'artiste et sa femme purent compter sur lui. Et il aurait pu leur adresser les mots que Camus lui adressa. Ses actes et cette correspondance le prouve.

Jean-Paul Gavard-Perret

Brassaï & Roger Grenier, « Correspondance, 1950-1983, Gallimard, Paris, 2017
Lire la suite...

Etablies en prévision de l’exposition rétrospective 1941-1973 intitulée "La liberté de peindre" qui aura lieu du 27 Mars au 26 Avril 2020  à Mers-les-bains, les notes qui suivent mêlent considérations historiques et confidences privées.

Elles vous familiariseront avec cet artiste dont la vivacité d’esprit, la culture étendue, la perpétuelle inquiétude, l’humour dévorant, la générosité de cœur, mais aussi les aspects les plus sombres de son tempérament, ont fortement impressionné ses amis et  proches.

  • « Pour des artistes tels que Michel Patrix, l'art est une aventure. C'est aussi une expérience vivante. Son activité est désintéressée. Elle se situe sciemment en marge des postulats de l'École de Paris. Elle traduit une volonté de choix qui s'écarte de la norme et une vocation qui échappe totalement à l'emprise de la mode. C'est une activité personnelle et individuelle qui côtoie l'anarchie. Elle n'est concevable que dans un pays libre qui se targue d'ignorer les contraintes esthétiques. Comme la plupart des peintres de sa génération, Michel Patrix subit (ou a subi) la puissante attraction du cubisme, mais il a adopté devant les découvertes de ses prédécesseurs une attitude nouvelle et indisciplinée. » - Waldemar George

Difficile en effet d’évoquer cette personnalité complexe, férue de philosophie, d’anthropologie, d’archéologie, de musique, d’histoire et de poésie.

Michel Patrix disait avoir été marqué par le fait de porter la version masculine du prénom de sa soeur ainée Micheline décédée en bas âge d’une méningite. Peut être est-ce dans le défi que sa naissance a représenté pour ses parents qu’il faut chercher les tendances héroïques de celui que ses collègues de la jeune peinture Parisienne des années 50 surnommait ‘l’increvable”?.  

Exposition Michel Patrix Mers Les Bains
Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  patrick.reynolds@le-musee-prive.com
 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE