Fluxus est le nom d'un groupe créé en 1962 et dont les membres vivent un peu partout dans le monde, plus spécialement au Japon, aux États-Unis et en Europe.
Officiellement rien ne les relie entre eux. Si ce n'est une certaine façon de concevoir l'art et les influences qu'ils ont subies. Ces influences sont : John Cage, Dada et Marcel Duchamp.
Sans John Cage, Marcel Duchamp et Dada, Fluxus n'existerait pas.
Surtout sans Cage de qui j'aime à dire qu'il a opéré deux lavages de cerveau. Le premier, au niveau de la musique contemporaine avec la notion d'indétermination, l'autre au travers de son enseignement avec l'esprit Zen et cette volonté de dépersonnalisation de l'art.
Fluxus va donc exister et créer à partir de la connaissance de cette situation post-Duchamp (Le ready made) et post-Cage (la dépersonnalisation de l'artiste).
Cette connaissance crée un point de non retour car en acceptant d'avance toutes les formes, elle les périme du même coup.
Fluxus ne sera donc pas concerné par l'œuvre d'art formelle, esthétisée et hédonisée.
Son "donner à voir" consistera en un premier temps à épuiser toutes les possibilités/limites du "tout est art" et en un second temps à dépasser ce "tout est art" par une attitude Non-art, Anti-art. Ainsi Fluxus va s'intéresser au contenu de l'art pour le combattre et, au niveau de l'artiste, créer une nouvelle subjectivité. Tout cela est difficile, presque impossible, car la dépersonnalisation est une nouvelle forme de personnalité et le non-art un nouvel art. Pourtant l'intention y est et l'honnêteté de l'intention est l'un des éléments essentiels de Fluxus. Même si le problème est impossible, le poser est important.

LES APPORTS

Premier apport
En musique et en théâtre, Fluxus apporte dès 1963 la participation du public à l'action. Non pas une fausse participation, c'est-à-dire la comédie qui continue au milieu du public mais un véritable désir du transfert des responsabilités.
Par exemple, Benjamin Patterson demande à chaque spectateur, discrètement et personnellement : " avez-vous confiance en moi ? " Si le spectateur répond oui, il le place à sa droite. Si le spectateur répond non, il le place à sa gauche.

Deuxième apport
L'Event. Lorsque George Brecht arrive et pose des fleurs sur le piano en tant que proposition musicale, c'est focaliser une réalité simple. C'est, dans l'histoire de l'art, le geste limite de "la vie est art". Mais c'est aussi et surtout, en égalisant l'importance des choses, placer l'artiste futur devant une situation de non retour de non art.

Troisième apport
D'après George Maciunas, un concert Fluxus doit être de la musique contemporaine divertissante. Il trouve que beaucoup trop de musique contemporaine est ennuyeuse, trop dépendante pour le public de la nécessité de références historiques culturelles.
Le divertissement dans Fluxus réagit donc contre la culture. Redonne à l'art sa fonction primaire (divertir) et relègue la connaissance de l'histoire de l'art au second plan.

Quatrième apport
L'art par la correspondance, le Mail Art. A partir de 1963, à la fois Ray Johnson et George Brecht se serviront de la poste pour transmettre leurs idées, leur vécu, par des petits détails de la vie, subtilités, anecdotes, etc.
Le Mail Art est non-art non seulement par le contenu des éléments expédiés mais aussi par le refus qu'il implique de jouer l'artiste de carrière, ceci en évitant de passer par le circuit des galeries d'art, etc.

Lire la suite...

 John Levee one of the most important artists of abstract expressionism Photo Patrick H. Reynolds

John Levee un des Principaux artistes de l'expressionnisme abstrait

Source WIKIPEDIA  https://fr.wikipedia.org/wiki/Expressionnisme_abstrait

Peintres

Sculpteurs

Photographes

Lire la suite...

 Jean-Michel Basquiat, Sans titre, 1982. Avec l'aimable autorisation de Phillips.

 Lionel SOURISSEAU acrylique sur toile 73 x 100 cm signée en bas à droite Contresignée au dos intitulée La légèreté d’être et datée 2010

This wonderful example of Jean-Michel Basquiat’s iconic “skull painting” stylings achieved $85 million at a Phillips sale of works from the collection of the billionaire entrepreneur Yusaku Maezawa this past May. The work, which had previously been sold at Christie’s in 2016 for $57.2 million, beat that number to become the third highest price ever achieved by a work from the legendary Neo-Expressionist artist.

Ce merveilleux exemple des styles emblématiques de «peinture de crâne» de Jean-Michel Basquiat a atteint 85 millions de dollars lors d'une vente Phillips d'œuvres de la collection de l'entrepreneur milliardaire Yusaku Maezawa en mai dernier. L'œuvre, qui avait déjà été vendue chez Christie's en 2016 pour 57,2 millions de dollars, a battu ce chiffre pour devenir le troisième prix le plus élevé jamais atteint par une œuvre du légendaire artiste néo-expressionniste.

Lionel SOURISSEAU acrylique sur toile 73 x 100 cm signée en bas à droite
Contresignée au dos intitulée La légèreté d’être et datée 2010
Prix : 4500 €

VOIR : Le Musée Privé Lionel Sourisseau
Lire la suite...

Suzanne Pagé Directrice artistique de la Fondation Louis Vuitton Commissaire générale de l’exposition À l’écoute des oeuvres

L’exposition « Monet-Mitchell » s’inscrit dans la ligne d’une programmation résolue de la Fondation liant la modernité historique à un engagement contemporain, à travers filiations ou correspondances d’artistes ou de mouvements artistiques. Aujourd’hui il s’agit d’une stratégie plus sophistiquée et avant tout sensible, de l’ordre de la consonance, dans la mise en regard d’oeuvres de deux grandes figures : Joan Mitchell, inscrite dans la modernité de l’expressionnisme abstrait américain, enfin reconnue comme l’une des grandes voix du XXe siècle et Claude Monet, icône française de l’impressionnisme au moment où, réhabilité à travers ses oeuvres tardives, il est redécouvert et salué comme pionnier de la modernité américaine des années 50.

Programmant ce dialogue en complément de la « Rétrospective Joan Mitchell » présentée simultanément à la Fondation, je ne pouvais oublier ma visite préliminaire chez l’artiste en vue de préparer sa première exposition en France dans un musée, en 19821. Elle nous entraîna d’emblée sur la terrasse dominant la maison où avait vécu Monet, de 1878 à 1881. Elle partageait donc avec lui la vue sur ce paysage élu de Normandie qui allait autoriser l’explosion de son talent. Elle avait alors, sur un ton sarcastique mordant et sans appel, asséné un déni radical à l’évocation d’une quelconque influence. Et pourtant, s’il neige un jour à Vétheuil, c’est aux tableaux de Monet que Joan Mitchell pense immédiatement ; sortant tôt le matin, elle note encore : « le matin, surtout très tôt, c’est violet ; Monet a déjà montré cela… Moi, quand je sors le matin c’est violet, je ne copie pas Monet2 » ; et dans leurs premiers échanges de correspondance amoureuse, elle tient à mentionner à Jean Paul Riopelle qu’elle est allée voir les Nymphéas au MoMA en pensant à lui. Elle devait d’ailleurs nuancer significativement sa position dans un entretien donné au critique Irving Sandler : « J’aime le dernier Monet mais pas celui des débuts3 ».

Ainsi, notre exposition dépasse une posture déclarative assez flottante de Joan Mitchell en revenant d’abord aux oeuvres.

1 ARC - musée d’Art moderne de la Ville de Paris [Musée d’art moderne de Paris].

2 Voir Joan Mitchell : choix de peintures 1970-1982, propos recueillis par Suzanne Pagé et Béatrice Parent, mai 1982, cat. exp.,

ARC - musée d’Art moderne de la Ville de Paris, 1982, p. 16.

3 Joan Mitchell, entretien avec Irving Sandler, notes manuscrites, s.d.[vers 1958], n.p., Irving Sandler papers, box 22, folder 14,

Getty Research Institute, Los Angeles.

Il convient avant tout de se garder de tout anachronisme en se souvenant que Joan Mitchell est née un an avant la mort de Monet et qu’elle s’est installée à Vétheuil quarante ans après. Il n’est pas non plus question, ici, d’une exposition thématique construite sur la base de concepts totalement étrangers à l’artiste Joan - qu’elle qualifiait de « pensée[s] incolore[s] »4 -, mais plutôt d’une mise en écho des oeuvres elles-mêmes et d’une invitation à regarder vraiment, comme elle l’exigeait dans le silence de son atelier : « Voir, pour beaucoup de gens, n’est pas une chose naturelle. […] Ils ne voient que des clichés appris. Ils restent pris dans le langage »5. Il s’agit, alors, de suivre les deux artistes sur le fil rouge de l’enjeu qui était le leur, en se référant parfois à leurs propres mots, sur un mode non discursif, mais surtout à leurs peintures mêmes, sur un mode purement sensible et visuel relevant du langage spécifique à la peinture, sa picturalité et son rapport direct au monde. C’est-à-dire, pour ces artistes, la transcription d’une « sensation ».

Chez les deux, avec des acceptions propres elle était prioritaire. « Si je ne le sens pas je ne peins pas »6 disait Joan Mitchell.

Lire la suite...

Nous ouvrons ici un des débats les plus difficiles du monde de l'art : Qu'est-ce qui fait le prix d'une oeuvre d'art, le fantasme, la réputation, la communication, la financiarisation, le prix élevé pratiqué par le marché dont les ventes aux enchères ou bien la qualité de la création, l'imagination, la sensibilité que nous transmet une oeuvre - Afin de vous permettre de réfléchir, je vous rappelle un principe essentiel qui doit animer votre réflection : ce que l'on nomme LA THESE , L'ANTITHESE qui doit conduire à LA SYNTHESE - J'ai sélectionné les 2 dessins ci-dessous afin d'illustrer ce propos. Posez-vous la question au plus profond de vous-même. Lequel de ces 2 dessins préférez-vous indépendamment du prix du marché. "Regarder et aimer avant d'acheter ..." comme nous le rappelle Martine Manfré Itzinger

Nous avons publié dans LIRE LA SUITE vos points de vue, vos réactions sur ce sujet que vous voudrez bien nous adresser par mail. Merci pour leurs textes à Martine Manfré Itzinger et Hervé Le Goareguer.

degas 45x34

Bertrand Mogniat-Duclos dessin 37,5 x 29,5 cm signé en bas à droite du cachet

 Edgar Degas (1834-1917), Dans les coulisses, danseuse rajustant son chausson, fusain portant le cachet de la signature en rouge en bas à gauche, 45 x 34 cm.
Adjugé : 114 950 €

 Bertrand Mogniat-Duclos dessin 37,5 x 29,5 cm signé en bas à droite du cachet
Voir Exposition virtuelle Virtual Exhibition Mogniat-Duclos (1903-1987)
Biographie de Bertrand MOGNIAT DUCLOS
PRIX : 300 €
Lire la suite...

Avant-propos (texte tiré du catalogue « Monet - Mitchell »)

Bernard Arnault

Président de la Fondation Louis Vuitton

Cette année, autour d’un dialogue entre Claude Monet et Joan Mitchell, nous sommes très heureux de poursuivre l’idée d’une collaboration avec de grandes institutions muséales (MoMA, musée Pouchkine, galerie Tretiakov, musée de l’Ermitage et Courtauld Gallery) en établissant un partenariat avec le musée Marmottan Monet qui, au-delà d’un travail scientifique remarquable, prête à la Fondation ses chefs-d’oeuvre de la période tardive de Claude Monet (1914 - 1926), celle appelée « les Nymphéas ». En écho à une rétrospective de Joan Mitchell, qui permettra au public français et européen de découvrir l’oeuvre de cette grande artiste, la Fondation propose donc

l’exposition « Monet Mitchell », qui met en perspective l’oeuvre du maître impressionniste et celle de l’artiste américaine dont le travail fut associé au mouvement de l’expressionnisme abstrait. Cette confrontation entre deux icônes de la peinture du XXe siècle, de générations bien différentes, fait vivre un rapprochement autour de leur attachement à Vétheuil, tout près de Giverny. L’installation de Joan Mitchell, en 1968, dans une propriété proche de la maison qu’avait occupée Monet de 1878 à 1881 est à l’origine du mythe de cette « correspondance ». L’exposition est l’occasion de rendre visibles les liens féconds qui se sont tissés entre les deux artistes, et plus largement entre la France et les États-Unis, à un moment crucial de la modernité en art.

Monet et Mitchell se sont imprégnés de ce même paysage où l’Île-de-France rejoint la Normandie, sur les bords de Seine : c’est là qu’ils ont nourri leur art d’un rapport fusionnel à la nature.

Refusant de théoriser leur propre démarche, ils la définissent par la retranscription en peinture de la «nsensation » pour Monet, et des « feelings » pour Mitchell. Le maître des Nymphéas saisit une lumière fugitive maintes fois éprouvée ; de son côté, Mitchell traduit des émotions visuelles, mémorisées, qu’elle projette plus tard sur la toile.

La Fondation a pris le parti d’épurer et de moderniser l’image que l’on peut avoir des oeuvres tardives de Claude Monet : les Nymphéas sont exceptionnellement désencadrés, dans une scénographie volontairement aérée. Les tableaux prennent ainsi toute leur dimension en révélant leurs transparences. Ces compositions inédites, ces perspectives vertigineuses et ces reflets vaporeux dans lesquels se mélangent l’eau et le ciel révèlent toute l’acuité avant-gardiste de Monet.

Lire la suite...

La Biographie d'Anna-Eva Bergman, « Vies lumineuses » écrite par Thomas Schlesser, directeur de la Fondation Hartung-Bergman et professeur à l'École polytechnique, paraît ce jeudi 10 novembre aux Éditions Gallimard. 

Anna-Eva Bergman - Vies lumineuse  par Thomas Schlesser Éditions GallimardElle a longtemps échappé aux radars de l'histoire de l'art. On découvre aujourd'hui avec Anna-Eva Bergman (1909-1987) une peintre d'importance majeure qui a investi dans son œuvre une ambition sacrée, presque mystique. Sa vie, racontée pour la première fois grâce à une enquête au cœur de ses archives, est hors norme : une enfance norvégienne sous le signe de la peur ; une jeunesse bohème et aventureuse à travers l'Europe ; une carrière d'illus- tratrice ; des démêlés avec l'Allemagne nazie ; une lutte acharnée avec une santé défaillante ; trois mariages, dont deux avec le même homme – Hans Hartung – à vingt-huit ans de distance ; une fin tragique dans la splendeur de sa villa d'Antibes.

Mais, surtout, Anna-Eva Bergman, c'est une vie dédiée à la création, loin des modes. Elle est aujourd'hui l'objet d'un engouement spectaculaire et sa cote s'envole. Il n'en a pas toujours été ainsi. Insuffisamment reconnue dans son pays d'origine, défendue par quelques rares alliés en France et en Europe, elle fera une très honorable carrière, certes, mais en sourdine, souvent dans l'ombre. Elle a beau croiser la route de Kandinsky, Soulages ou Rothko, elle demeure marginale. Caractérisés par l'emploi de feuilles d'or et d'argent et le rythme de la ligne, ses tableaux sont des évocations hiératiques et simpli- fiées, radicales, des grandes forces structurantes de l'univers – les éléments, les minéraux, le temps... Elle a laissé une quantité considérable de documents (la plupart en norvégien) qui permettent de comprendre enfin cette femme, dans la complexité de son être, le drame de son existence et la magnificence de son œuvre.

Thomas Schlesser est directeur de la Fondation Hartung-Bergman et professeur à l'École polytechnique.

Lire la suite...

L’exposition numérique : Initiative pédagogique ou grand Barnum? Par Martine Manfré Itzinger Que penser des images numériques qui se multiplient et se substituent aux œuvres  d’art originales? Expositions immersives, œuvres  générées par ordinateur, écrans interactifs, artistes numériques et NFT laissent à penser que produire ou admirer une peinture ou une sculpture ne suffit plus. Il faut à tout prix aujourd’hui que la prise de contact avec l’art soit ludique et numérique. L’émotion face à l’œuvre  n’est plus une priorité semble-t-il et les lieux d’exposition sont devenus à mon sens des lieux de consommation plus que des lieux de connaissance, de flânerie et de rêverie.

Nous voyons fleurir aux quatre coins du pays, et même du monde, des projections spectaculaires d’œuvres  d’art qu’il n’est plus besoin de découvrir ‘’de visu’' pour les apprécier. L’idée est plaisante mais est-elle suffisante? Entrer dans une salle où sont projetées des images géantes qui se répondent, se superposent, se croisent et se mélangent sur des écrans à 360 degrés et à grande vitesse semble désormais ce qui se fait de mieux en matière de diffusion de l’art auprès du public.

Il n’est plus au gout du jour de prendre son temps devant une œuvre, de prendre du recul pour en savourer la vue d’ensemble ou, au contraire, de s’en approcher le plusL’exposition numérique : Initiative pédagogique ou grand Barnum? Par Martine Manfré Itzinger  possible pour en percevoir chaque détail au risque de déclencher une alarme et les foudres d’un gardien scrupuleux.

Voir l’œuvre ’’en vrai’’ n’est pas nécessaire pour en apprécier la beauté me direz-vous. C’est vrai! Et, de ma propre expérience, j’acquiesce. Je me remémore le plaisir de mon enfance à feuilleter un livre de peinture aux mauvaises reproductions qui pourtant m’ont tant impressionnées . Mais ces reproductions, si elles ont déclenché mon intérêt pour l’art, n’ont pas remplacé l’œuvre  d’art et l’émotion que celle-ci a provoqué  lorsque, enfin, je me suis retrouvée face à elle. Si l’image, sur papier glacé ou sur écran, nous donne une idée de ce qu’est l’œuvre, seule la vision directe peut révéler les effet  vibratiles de la matière, sa profondeur ou sa transparence, le geste de l’artiste avec sa vigueur, son intensité ou sa légèreté. Le tableau, au-delà de la représentation, nous laisse ‘’entrer’’ dans la peinture et pas seulement dans le sujet. Il n’est pas seulement une surface plane mais une surface vivante qui nous laisse pénétrer un sujet mais aussi l’âme de l’artiste.

Et qu’en est-il de la promenade dans le musée, ce lieu où l’on vient pour voir un artiste ou une œuvre  et où l’on en L’exposition numérique : Initiative pédagogique ou grand Barnum? Par Martine Manfré Itzinger découvre des milliers au gré de nos déambulations. Aucun logiciel ne saurait remplacer le plaisir de se perdre dans les couloirs labyrinthiques du Louvre ou des Offices. Errer d’une salle à l’autre, d’une époque à une autre, d’un genre, d’un style, d’un artiste, d’une ambiance différents à chaque pas. Au fil des déambulations on regarde, on voit, on connait, on reconnaît mais aussi on découvre, on redécouvre puis on cherche, on trouve, on apprend, on oublie, on aime, on déteste et même, parfois, on se surprend à aimer ce que l’on détestait. L’œil  s’exerce, s’habitue et le cerveau, au début plutôt en éveil, lâche prise et s’adonne à la rêverie. Le temps ne compte plus et l’on profite d’un moment de pur délice.

Lire la suite...

Lochka1989 116x89 cm Nativité Naissance

"Peindre pour ne plus penser me plaît penser pour peindre n'est qu'une singerie de la grande marée de l'esprit" Francis Picabia

En 1977 je quittais Paris pour Venise parce que je voulais peindre !! J'avais faim de beauté, soif de couleurs et un besoin sensuel d'un corps à corps qui était devenu impossible dans un Paris coupeur de cheveux en quatre enivré de discours figé dans les avant gardes du début du siècle ( le XXème...), Prostré dans le blanc du carré blanc sur fond blanc académisant les ready-made castrant toute velléité d' expression  en ringardisant la figure...bref ne plus penser l'art mais m'immerger dedans.

Venise est musique  Venise rend tout possible car elle rend tout beau en le nimbant d'eau !

Lorsque je peins je ne sais pas où je vais où mon pinceau me conduira, je le privilégie à l'écriture  car il me donne la possibilité de rendre immédiatement visible toute une histoire dont le déroulement linéaire nuirait au côté " brut" " mystérieux" de l'expérience.

Là une histoire de maternité à venir une naissance attendue une gestation vécue avec l'inévitable anticipation  mentale et ce sentiment qui s'est confirmé d'une manière tellement violente  d'être un vecteur traversé par la vie un pont de chair et de sang .

Picabia disait aussi qu'on n'est pas responsable de ses actes  car on n'en mesure la portée  qu'une fois qu'ils sont accomplis...

Aussi la maternité ne saurait se dire toute car c'est l'expérience de la vie dans son mystère et dans sa magie.

Enfant, enfant à venir , la vie que je viens tout juste de sentir battre en moi comme je la pressens déjà avoir hâte de partir.

À peine passée par l'expérience de la chair s'envoler s'élever se fondre et disparaître dans le cycle sans cesse renouvelé de la vie .attentif à la belle harmonie de son incessant bruissement.

Le triple visage de la mère penché  vers l'enfant lui-même démultiplié  et tendant vers le départ l'envol de l'oiseau à l'envers  en haut à gauche  ( à gauche car le tableau me regarde)

Le second visage semble méditatif le front appuyé sur la main et le troisième est brisé il est créateur traversé par l'inspiration le souffle divin.

Parler d'une toile comment le pourrais-je sans que le tableau y perdre car enfin je peins ce que je ne saurais dire aussi bien  avec des mots  le langage ( le mien car je ne saurais hélas écrire comme Céline) induit une durée ou plutôt un déroulement  un sens alors qu'une peinture permet à toute la pensée  en entier de se donner à voir d'un coup d'œil  ensuite chacun y cheminant suivant sa propre sensibilité la circulation y est libre tout est donné à voir !!

Je peins par curiosité pour voir où cela me mène c'est pour moi un acte quasiment religieux par lequel c'est en m' abstrayant  le plus possible  que quelque chose vient sur la toile  qu'une histoire des histoires  prennent forme  des figures bien sûr en tension et que je souhaite comme en suspension .

Ici ( et j'étais enceinte ...est ce important ?) Écriture de femme , interrogation certes asexuée car il s'agit bien de peinture mais néanmoins cette interrogation  qui porte sur le corps  le corps béance par laquelle la vie le mystère la magie se perpétue...

Quoi d'autre que l'éternelle ment renouvelé miracle de la vie ?

Un battement de cil de la naissance à la mort une dynamique constante un flux un mouvement où nous courons d'une forme à l'autre toujours imparfaite toujours en mouvement  dans un souffle qui nous meut nous transforme ne nous laisse jamais tranquille sauf à s'y abandonner et accepter dans la joie ce qui nous est donné comme un miracle fugace et magnifique fait de chair de sang et de souffle.

Lolochka

Lire la suite...

 Isabelle Malmezat nous parle de son expérience

Isabelle Malmezat nous parle de son expérience ( https://www.lelivredart.com )

Pourquoi avoir voulu publier un livre sur votre travail ?

On sait qu’il est important pour un artiste de documenter son parcours artistique de parutions diverses, livres, catalogues, témoignages d’une époque, d’une période ou d’un travail spécifique. Tous les artistes ou presque aimeraient le faire, certains le font et beaucoup ne le font pas faute de moyens, d’idées, d’informations…

J’ai quelques parutions, un livre, plusieurs catalogues, des petites choses… Mais rien de très récent. J’avais l’idée depuis longtemps de refaire un livre, assez fourni et documenté, mon travail avait évolué, il fallait quelque chose… Mais c’est une entreprise qui demande des sous, du temps, des conseils… J’avais beaucoup de travail donc j’ai remis ça à plus tard.

Puis le moment est venu et j’ai pensé à faire les choses différemment et à demander la collaboration d’un véritable éditeur de livres d’art qui m’offrirait non seulement l’ensemble des compétences techniques requises mais plus encore une vue d’ensemble sur le monde artistique actuel.

Vous avez organisé une souscription pour votre livre, comment cela s’est-il passé ?

Au début du projet, je n’étais pas très encline à faire une souscription. L’idée était très loin de moi. J’avais le sentiment que cela signifiait « demander » de l’argent, voire « quémander » ! Je n’imaginais même pas à qui envoyer cette souscription ni qui cela pouvait bien intéresser. Myriam [la directrice éditoriale, ndlr] m’a convaincue.

Elle m’a dit qu’une souscription ne consiste pas seulement à demander une aide financière, mais que les gens qui contribuent le font car ils sont réellement intéressés et ont à cœur de suivre le travail de l’artiste, de contribuer à sa visibilité. Beaucoup de projets d’édition d’art s’accompagnent en effet d’une souscription.

Lelivredart a donc créé un document présentant le projet du livre. Mes contacts ne sont pas très nombreux. J’ai envoyé ce document à une centaine de personnes ce qui n’est pas énorme. J’ai également mentionné ce projet sur mon site et l’ai posté sur Instagram et Facebook.

Au final, la souscription m’a permis de réunir un peu plus d’un quart du budget et j’ai décidé d’en profiter pour augmenter le nombre de pages.

Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Patrick Reynolds
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

 

e mail musee prive

 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE