VAN GOGH A MONTMARTRE VENTE 25 MARS 2021

Ventes aux encheres des commissaires priseurs
 Vincent van Gogh Scène de rue à Montmartre (Impasse des Deux Frères et le Moulin à Poivre) 1887 Huile sur toile 46,1 x 61,3 cm

Vincent van Gogh Scène de rue à Montmartre (Impasse des Deux Frères et le Moulin à Poivre) 1887
Huile sur toile 46,1 x 61,3 cm
Estimation: 5,000,000 - 8,000,000 EUR - VENDU 14 millions d'euros (16,251 millions avec les frais )

13 100 000 € Vendu le 25 Mars 2021 frais inclus

Record national aux enchères pour l'artiste
Record pour une oeuvre de la période Montmartroise
Vendu le 25 Mars 2021 *(frais inclus)

Le marché de l’art qui oscille entre fantasme et rêve a besoin d’être étonné par des ventes d’artistes mythiques dont fait partie Van Gogh. Ce tableau de Vincent Van Gogh, Scène de rue à Montmartre (Impasse des Deux Frères et le Moulin à poivre), peint en 1887, a atteint, jeudi 25 mars, à Paris, la somme de 14 millions d’euros (16,251 millions avec les frais) sous le marteau de Sotheby’s auquel l’avaient confié ses découvreurs, les commissaires-priseurs de la maison Mirabaud Mercier.

Resté dans la même famille depuis un siècle – il aurait été acquis entre 1915 et 1920 –, le tableau n’avait donc jamais été vu en vente, ni même jamais exposé au public. L’œuvre est un des rares Van Gogh encore en mains privées, son authenticité a été confirmée par le Van Gogh Museum d’Amsterdam.

MIRABAUD MERCIER en partenariat avec Sotheby's Paris,
ART IMPRESSIONNISTE ET MODERNE
PARIS, 25 MARS 2021

C'est au mois de mars 1886 que Vincent Van Gogh arrive à Paris, pour s'installer chez son frère Théo qui dirige alors la succursale parisienne du marchand d'art Goupil. Théo vit alors au 25 rue Laval, ensuite rebaptisée rue Victor Massé, dans la même rue où le célèbre cabaret Le Chat Noir s'est installé au numéro 12 en 1885. Afin de favoriser le travail de son frère, Théo quitte la rue Massé en mai 1886 pour le 54 rue Lepic qui deviendra le refuge de Vincent et dont la vue, surplombant Paris, lui inspirera nombre de ses œuvres. Il y restera jusqu'en février 1888.

Pendant son séjour parisien, Van Gogh montre une fascination pour l'ambiance si particulière, à la fois pastorale et urbaine, du « maquis » de Montmartre, terme alors utilisé pour désigner la face encore non urbanisée de la butte Montmartre, où les jardins-potagers côtoient carrières abandonnées et friches herbeuses.

Un sujet en particulier suscite l'intérêt du peintre : celui des moulins de Montmartre, qui ne sont pas sans évoquer les moulins de sa Hollande natale, un thème profondément ancré dans l'histoire de la peinture hollandaise. Pendant son séjour montmartrois, Van Gogh va consacrer près de vingt œuvres à ces trois moulins réunis sous la dénomination commune de « Moulin de la Galette ». Ces bâtiments, qui appartenaient alors à la famille Debray, avaient depuis longtemps cessé de fonctionner et avaient été transformés en un lieu de loisir très prisé des parisiens, réunissant guinguettes, salles de bal, cafés et manèges. De Corot à Signac, en passant par Renoir et Toulouse-Lautrec, ils constituent depuis le XIXe siècle une source inépuisable d'inspiration pour les artistes.

VAN GOGH A MONTMARTRE VENTE 25 MARS 2021En l'espace de deux années, les représentations du Moulin de la Galette par Van Gogh vont significativement évoluer. Dès son arrivée à Paris en 1886, Van Gogh commence à   VAN GOGH A MONTMARTRE VENTE 25 MARS 2021peindre le plus imposant et le plus célèbre des moulins, dit « Blute-Fin », lequel était doté d'un belvédère en bois très apprécié des parisiens pour profiter d'une vue imprenable sur Paris. Il s'intéresse aussi à plusieurs reprises au deuxième moulin, qui faisait l'angle avec la rue Girardon, dit Moulin Radet. Dans ces compositions de l'année 1886, le peintre utilise encore sa palette dite hollandaise, faites de tonalités brunes et d'empâtements épais.
C'est durant les mois de février et mars 1887 que Van Gogh s'intéresse au troisième et plus petit des moulins de Montmartre, le Moulin à Poivre. Les tableaux en résultant sont un émouvant témoignage d'un Montmartre aujourd'hui disparu, où l'on découvre l'entrée latérale du Moulin de la Galette, surmontée de lanternes, les palissades de l'enceinte, un carrousel sur la gauche et le Moulin à Poivre, qui fut construit vers 1865 et détruit lors du percement de l'avenue Junot en 1911.

Ces compositions du début de l'année 1887 sont révélatrices d'une évolution radicale dans l'art de Van Gogh. Scène de rue à Montmartre témoigne ainsi non seulement de la fascination de Van Gogh pour une ville en pleine mutation mais également de ses contacts avec les différentes avant-gardes parisiennes. Dès son arrivée à Paris, en effet, Van Gogh multiplie les contacts.
Ces rencontres poussent Van Gogh à abandonner les tons sombres de ses premières œuvres pour développer une nouvelle palette, déjà visible dans la présente œuvre. Sa touche devient plus légère, ses pigments se diluent pour créer des effets de transparence et la lumière entre dans ses tableaux. Sans jamais totalement adopter les techniques de ses confrères artistes – Van Gogh ne deviendra jamais ni impressionniste ni pointilliste – le peintre développe une nouvelle maîtrise de la couleur et de la composition, forgeant son propre style pour entrer de plein pied dans la modernité. Cette révolution plastique est d'ores et déjà présente dans Scène de rue à Montmartre, où le bleu laiteux du ciel côtoie les verts et mauves de la barrière, tranchant avec le jaune des coiffes au premier plan.
Sa technique évolue également, faisant contraster le caractère graphique de la palissade avec la touche libre et enlevée du reste de la composition.
Scène de rue à Montmartre s'impose ainsi comme une œuvre charnière dans l'art du peintre. C'est en effet à Montmartre, au cours de ce printemps 1887, que Van Gogh se façonne comme peintre. Au cours de cette période brève mais incroyablement féconde, il se confronte aux différentes avant-gardes et explore les différentes facettes de la modernité pour enfin poser les bases de son style inimitable.

Pour inclure des lots dans nos ventes, ou pour tout autre renseignement
MIRABAUD MERCIER.
Commissaires-Priseurs
174, rue du Fbg Saint Honoré 75008 Paris
33 (0)1 53 30 90 30
contact(at)mirabaud-mercier.com
http://www.mirabaud-mercier.com
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

 

e mail musee prive

 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE