Aurelie Nemours galerie Antoine Laurentin

Exposition d'art

Aurelie Nemours Partage vers 1965 Huile sur toile 46 x 33 cm Courtesy galerie Laurentin

Aurélie Nemours (1910-2005)
Tableaux inédits et correspondance avec l’oeuvre graphique
Exposition du 27 septembre au 30 novembre 2013
Galerie Antoine Laurentin
23 quai Voltaire 75007 Paris

Tel: 01 42 97 43 42 - www.galerie-laurentin.com
e-mail: contact[at]galerie-laurentin.com

L’exposition de ces huiles sur toile inconnues permet également de mettre en avant la correspondance entre l’oeuvre graphique de cette artiste et ses tableaux.
Aurelie Nemours recherche « l’équilibre, l’harmonie, la poésie visuelle, la beauté esthétique », selon Gaëlle Rageot-Deshayes, conservatrice du patrimoine. Dans son oeuvre la référence au réel disparaît au profit de formes géométriques simples et de couleurs travaillées en opposition.
Cet oeuvre dépouillé tend à l’ascèse, à la spiritualité.
Mais comment nait elle, comment arrive t’elle à cet équilibre et cette harmonie ?

 

 

Aurelie Nemours «Trois modèles vivants» étude 1942Huile sur toile signée, titrée et datée au dos 54,7 x 46 cm Courtesy galerie Laurentin

 Aurelie Nemours «Trois modèles vivants» étude 1942
Huile sur toile signée, titrée et datée au dos 54,7 x 46 cm Courtesy galerie Laurentin

Biographie Aurélie Nemours 1910 - 2005

Née à Paris en 1910, Aurelie Nemours s’inscrit en 1929 à l’école du Louvre. Après trois années d’études théoriques, elle poursuit sa formation dans des ateliers. Elle apprend ainsi le graphisme avec Paul Colin, la peinture avec André Lhote pendant la guerre et, enfin, après la guerre, avec Fernand Léger.
Dès 1942, le dessin devient pour elle le moyen rapide de concrétiser une image ou une idée. Les dessins et plus particulièrement ses pastels traduisent les recherches de rythmes et de quantités qui seront l’une de ses préoccupations majeures lorsqu’elle franchira le pas vers l’abstraction à la fin des années 40. Ses travaux sur papier qualifiés de recherches seront toujours d’une grande importance dans l’évolution de l’artiste et pour réaliser ses toiles.
 
Aurelie Nemours Archaïque vers 1950 Huile sur toile 55 x 46 cmsignée «A.Nemours» en bas à gauche - Courtesy galerie Laurentin

 Aurelie Nemours Archaïque vers 1950 Huile sur toile 55 x 46 cm
signée «A.Nemours» en bas à gauche - Courtesy galerie Laurentin

En 1946 : Elle expose pour la première fois au Salon d’art sacré (jusqu’en 1979) et se passionne pour le vitrail. En 1953, est organisé chez Colette Allendy, sa première exposition personnelle. Cette même année, elle bannit la diagonale pour ne conserver que la verticale et l’horizontale. En 1957 : elle adhère au groupe «ESPACE» créé par André Bloc. En 1959 : Elle inaugure la série «Au commencement», puis en 1960 les séries « Romantiques » Échiquiers, Rosaces et Diptyques. La même année, elle noue ses premiers liens avec l’Allemagne grâce au groupe Mesure, auquel elle participe jusqu’en 1965. Elle rencontre Gottfried Honegger, l’un de ses premiers collectionneurs. Cette ouverture vers l’Allemagne va lui permettre d’être exposée également à Londres dès 1961. A partir de 1965, le carré devient le format essentiel de son oeuvre. Ce dernier lui permet d’explorer la problématique de l’angle droit, le noir et le blanc et bien plus tard du monochrome. De ses réflexions naissent des séries. Ainsi en 1976-1977: elle crée « Sériels », « Rythme du millimètre » et « Point pluriel » dans lesquelles elle explore la vibration du noir et blanc. Ce travail se retrouve également dans sa série « Structure du silence ». Puis à partir de 1988 les séries « Polychrome, monochrome, quatuor » et « Colonne ».
 
Aurelie Nemours «Triangle» 1952 Huile sur toile Signée, titrée et datée au dos 55 x 38 cm Courtesy galerie Laurentin

 Aurelie Nemours «Triangle» 1952 Huile sur toile Signée, titrée et datée au dos 55 x 38 cm
Courtesy galerie Laurentin
Expositions :
- "Aurélie Nemours" Galerie Colette Allendy, Paris, 5 - 18 juin 1953
- Salon des Réalités Nouvelles, Paris, 1953 (repoduit dans l'Album n°7,p.50)

La longue carrière d’Aurelie Nemours fondée sur la persévérance et la conviction d’avoir un message à délivrer s’est déroulée dans la discrétion et une totale solitude. Ceci ne l’a pas empêché de se remettre sans cesse en cause par de nouvelles expériences, de rechercher toujours plus d’exigence et de parvenir à un approfondissement radical de son travail de peintre.
Alors qu’elle a cessé de peindre depuis 2002, le centre Georges-Pompidou, à Paris, organise une rétrospective de son œuvre sous le titre «Rythme, nombre, couleur» en 2004.
Les oeuvres d’Aurelie Nemours sont à considérer comme des objets de méditation. A ses yeux, «l’art est la quintessence de la vie. Il traduit à la fois le coeur et la tête de l’homme, et il pénètre l’esprit».

Aurélie NEMOURS "EN QUETE D'ABSOLU" par Jean-Paul Gavard-Perret

Aurélie Nemours fut l’élève notamment de Fernand Léger et André Lhote. Le second lui a appris la technique de la peinture, avec le premier elle aborda la question de la compréhension des choses. Léger l'a faite entrer dans le secret d'une œuvre, de là où il émane un certain amour du faire, avec la main, avec le corps, avec la tête. Auréliie Nemours apprit qu'un artiste est un être d'aventure qui ne sait rien de lui , mais qui, tous les jours, continue de partir, sans savoir d'où il vient et où il va mais qui, par son travail, progresse dans la compréhension de la vie.

Aurélie Nemours ne pense pas avoir subi une influence picturale très précise. Cependant elle s'aperçut qu'elle travaillait dans le même sens que Mondrian et Malevitch. Ni Lhote ni Léger ne lui avait pourtant  parlé d'eux., mais elle est toujours restée quelqu'un d'indépendant : "J'ai toujours travaillé seule dans mon atelier, à l'écart de tout" et son  existence, entièrement consacrée à la peinture, ressemble à une ascèse. "On me l'a souvent reproché" avouait-elle mais en précisant que "pour aller loin dans l'art, il faut du travail et de l'humilité. Et puis il faut vraiment quitter la terre". Cela ne lui posa cependant peu de problème car elle n'a jamais - en dépit de sa profonde humanité -  attaché beaucoup d'importance à la relation au monde même si en 1957 et pour une courte durée elle adhère au groupe "Espace" créé par André Bloch.

Aurélie Nemours est restée fidèle à l'abstraction et plus particulièrement au chemin austère de l'abstraction géométrique, privilégiant les lignes, les angles droits, les surfaces monochromatiques carrées ou rectangulaires jusqu'à un certain minimalisme avec des œuvres sur le tard en noir et blanc. Fondés sur des rythmes d'horizontales et de verticales, des jeux de points, de carrés ou de croix, ses tableaux, chargés de spiritualité, sont des modèles de rigueur: à l'image de sa vie. L'art a exigé des moments de don et d'absence complète du monde qu'elle a d'une certaine manière  retrouvée : "la création artistique est une manière de vivre l'esprit sur terre" disait-elle. Depuis son "entrée en peinture" l'artiste aura donc poursuivi  implacablement son travail sur l'abstraction et la méfiance envers les excès de couleurs. Qu'il s'agisse du "Rythme du millimètre" ou des "Structures du silence » l’art reste une épreuve solitaire : "si j'avais quelque chose à dire, je le faisais au travers de l'art, et toute seule. Car j'ai toujours été seule, seule dans mon atelier avec mon travail". 

Pour Aurélie Nemours le carré reste  "la véritable forme que l'humanité peut choisir pour s'exprimer. On le comprend en contemplant simplement la manière de ce qui existe sur terre". Et si l'art doit s'exprimer par ses propres moyens la seul façon d'atteindre une peinture pure et vraie sans se rapprocher de la figuration, est la faculté d’atteindre une nudité abstractive « proche de la vérité que toute autre forme d'expression". En ce sens la peinture devient à la fois figure et poésie. Et s’il fallait retenir une seule œuvre de l'artiste on retiendrait son "Alignement pour le XXIe siècle", œuvre monumentale qu'elle définissait ainsi :  "Voici la hauteur du bonheur". Curieusement peut-être, c'est sa foi qui semble la conduire vers lui. Une foi mystique et humaniste, une foi dans l'art qui a tout traversé : le malheur, l'incompréhension, l'indifférence et le rejet. Mais qui n'a jamais fait dévié de sa route celle dont le chemin fut tracé depuis  sa jeunesse jusqu'à son modeste appartement du XIIIe. Aurélie Nemours  nous a donc fait partager sa passion pour l'homme, pour l'art et le carré ; sa passion de la forme pour le Sens.

Jean-Paul Gavard-Perret

Remerciements à Caroline Jouquey Graziani responsable Presse
Galerie Antoine Laurentin
23 quai Voltaire
75 007 Paris
Tel: 01 42.97.43.42
E-mail: Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

 

e mail musee prive

 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice