Johanna Diehl Borgo FazioJohanna Diehl, « Displace », Galerie Wilma Tolksdorf, Berlin, 2011.

Johanna Diehl est une des photographes les plus intéressantes de sa génération. Elle a fait sa première exposition solo à la Galerie Wilma Tolksdorf de Berlin où elle a présenté des oeuvres tirées de sa série "Displace". Le livre tiré de cette exposition vient de paraître. Cette série montre le vide plus que le plein au sein de lieux de culte désaffectés : mosquées ou églises en ruines. Cette série a été réalisée en 2008 et 2009. La photographe allemande était à Chypre pour un projet de la « German Academic Exchange Service ». Ces œuvres racontent l’histoire du conflit qui depuis 35 a divisé l’île et sa capitale Nicosie en deux parties. Même si la frontière a été récemment ouverte, les deux côtés de l’île gardent les traces de décades du conflit : villages abandonnés, maisons détruites, lieux de cultes où traînent encore parfois des tapis de prière.

Lire la suite...

Natasha Krenbol La loi du tricheur acrylique sur toile 38 x 46 cm

DU DERISOIRE A LA GRAVITE : NATASHA KRENBOL

Natasha Krenbol, "Esprits Animaux », Orangerie, Domaine du Château, 26760 Montéléger, du 2 au 24  Juillet 2011.

Les créatures de Natasha Krenbol semblent détachées du monde : graffitées et maculées elles traversent les cultures pour retourner à une sorte de force première, primitive qui évite à l’art de tourner bien huilé sur ses gonds. Silhouettes d’hommes et d’animaux entrent dans un étrange ballet faussement sommaire. Par la convergence, la mixité du bestial et de l’humain l’artiste devient la plus étrange des derviches « tourneuses » . Ses figures tutélaires se confrontent à la trace brûlante d’un  graphisme iconoclaste.

Lire la suite...

NOIRE SŒUR
JO VARGAS ou le silence Habité des images
« Jo Vargas » par Hugo Lacroix, coll. “Les Irréguliers”, Editions de la Différence, Paris.

Les portraits de Jo Vargas semblent parfois des visages marqués de veines noires  pour arracher aux corps son marbre. Ces visages sont beaux à voir. Leur regard grave fait signe. Chacun de nous est proche de l’un d'eux. L’artiste est proche ainsi d'elle-même. Pourtant dans tous ces assemblages on se demande encore qui est proche de qui.  Eurydice peut-être. On ne sait pas. Lumière sur des traces de cendres. Seul le feu peut les lire.

Lire la suite...

SANS TICS NI TOCS par Jean-Paul Gavard-Perret

Miss Van, « Twingles », galerie Magda Danysz, Paris 11ème, 19 mars, 30 avril.

Née en 1973 à Toulouse Miss Van (Vanessa Alice Bensimon) se fit d’abord connaître comme taggeuse des murs de la ville rose. Issue du mouvement du graffiti,  elle a donc choisi la rue comme lieu d'exposition permanent. De façon exceptionnelle, elle expose en galerie ses poupées qui furent d’abord des autoportraits sublimés : « Le graffiti a un côté très mégalomane, à la place d'écrire mon nom, je me représentais sous les traits de mes poupées. J'avais un vrai besoin de marquer mon identité, peut-être parce que j'ai une sœur jumelle et qu'il fallait que je me démarque." précisait-elle.

 

Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

Tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
patrick reynolds 03h
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

 

e mail musee prive

 

sur rendez-vous à la demande

Artwork for sale on Artprice

Découvrez notre espace sur artprice

Artwork for sale on Ebay

Découvrez notre espace sur ebay

Découvrez notre espace sur Artsper

我們向連接到我們站點的中國朋友致敬:中國有重要的文化傳統。

FACEBOOK LE MUSEE PRIVE

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS

FACEBOOK PATRICK REYNOLDS FAN CLUB LE MUSEE PRIVE


CHERCHER SUR NOTRE SITE