Biographie Antoni Tàpies - Galerie Lelong

Biographies d'artistes contemporains

«Antoni Tapies (1923-2012), et la Galerie Lelong : une longue collaboration ». Monsieur Lelong et Antonio Tàpies Photo de Antoni Tàpies Copyright Galerie Lelong  Photo :  Fabrice Gibert Courtesy Galerie Lelong
Galerie Lelong
13 rue de Téhéran, 75008 Paris
Tel +33 1 45 63 13 19
http://www.galerie-lelong.com
C’est grâce à Jacques Dupin, qui avait écrit sur son art dès 1963, qu’Antoni Tàpies expose, à l’automne 1967 - puis sans discontinuer - dans les salles de la galerie au 13 rue de Téhéran.

Avec Tàpies et sa femme Teresa, ce fut une longue histoire de 45 années de collaboration et de fidélité réciproque, jalonnée d’une quarantaine d’expositions personnelles dans les Galeries Lelong de Paris, Zürich et New York.

 
Image

 Photo de Antoni Tàpies Copyright Galerie Lelong © Photo :  Fabrice Gibert

Tout au long de ces années, la galerie publie de nombreux catalogues d’exposition, livres de bibliophilie, écrits de l’artiste : La Réalité comme art, L’Art et ses lieux. Tàpies était aussi un graveur et lithographe fécond, dont la galerie a régulièrement publié les œuvres.


Attiré par les objets quotidiens et pauvres, il les incorpore dès les années 70, puis développe un œuvre sculpté en terre chamottée, avec l’aide du céramiste Hans Spinner, dans l’atelier de la Galerie Lelong à Grasse.

Sa fondation, ouverte à Barcelone en 1990, constamment tournée vers les jeunes artistes, témoigne de son engagement constant en faveur de la création la plus exigeante.

 
Image

 Photo de Antoni Tàpies Copyright Galerie Lelong © Photo :  Fabrice Gibert Courtesy Galerie Lelong

Jean-Paul Gavard-Perret
ANTONI TAPIES :
PROFONDEURS IRRITÉES ET SURFACES IRRITANTES

Antoni Tàpiès a toujours cherché à incarner la “ corporéité ” par laquelle la matière travaille la réversion figurale - ainsi que la logique habituelle de l’imaginaire - en transformant le support et la matière en de véritables lieux “ morphogénétiques ”. Ils ouvrent à une nouvelle condensation de l’image qu’ils induisent par leur nature et dans laquelle les symboles eux mêmes échappent à une vision classique de la représentation. L’iconographie de peintre ibérique parle au sein même de la matière et ne renvoie plus aucunement à une quelconque gloire céleste de l’image. L’effet classique de pans lui-même répond à de nouvelles exigences. Surgit un espace hérétique dans laquelle la matière-support devient l’objet de liturgie païenne qui exalte la vie au sein d’une violence qui danse entre la mort et la vie. Loin de tout maniérisme Tàpies arrache le regard dévot qu’on accorde à l'art afin de le remplacer par un regard plus nocturne et enflammé.
 
Image

Antoni Tàpies Principiel, 1989 Technique mixte sur toile 250 x 300 cm
Copyright Galerie Lelong exposition foire ARCO Madrid février 2012

De telles oeuvres font réfléchir sur la notion même de Temps. L’art n’est plus là pour nous faire passer du fantasme à son reflet imité. Il est l’autre que nous ne pouvons oublier : l’autre semblable et frère qui prend figure de totem ou de tentures épaisses où jouent dans un humour terrible les compulsions de vie et de mort. L'art devient avant tout un acte de puissance plus que de jouissance où le temps est arrêté au sein même d’éléments qui en disent sinon sa fragilité du moins son passage. Plus question de trouver le moindre confort. Ce qui jaillit des œuvres semble provenir directement de la matière et non du discours événementiel qu’elles “ illustreraient ”. Rien d’évènementiel en effet chez l’artiste : émerge une horreur mélancolique mais aussi une drôlerie en ce qu’une peinture-sculpture possède soudain d'avènementiel en une forme d’entente tacite avec la vie. Nous y sommes non invités mais jetés comme s’il fallait préférer la douleur du crépuscule à la splendeur du jour.

On n'est plus dans un corpus seulement jubilatoire mais expropriateur là où l'homme qui croit s'emparer de tous les trésors ne récolte au bout du compte que des ruines. La grandeur humaine se perd et l’art sort - pour son bien - de l'humanisme. Seul demeure comme témoin de l’humanité les cadavres exhumés en totems. Dans le désenchantement Tàpies ne s'enivre que des forces de son délire afin de créer son théâtre du vide, sa liturgie des humiliés. Il crée des sortes de chemins de croix marqués du sceau ou du devoir de monstruosité “ panique ” (au sens où l’entend Arrabal). Le langage de l’artiste s'ouvre à sa propre fente pour dire la manque, l'absence d'être. Ce travail reste donc un travail de violence afin de faire sauter tous les carcans et les jougs des modèles, tous les pères et mères dont le propos n'est pas d'engendrer mais de tuer dans l'oeuf au nom d'une terrible Loi tribale qui corsète notre société.

 
Image

Antoni Tàpies Terra amb quatre ulls, 2008
Technique mixte et collage sur bois 200 x 175 cm # W15879 Copyright Galerie Lelong

La crudité et la cruauté de Tàpies s'apparentent par delà la provocation à une sorte de cannibalisme iconographique. Il nous fait franchir la frontière entre la terre matricielles et la mer(e) marâtre. Il permet de changer de corps, de lieu, de temps. C’est ce qui touche à notre plaisir, à notre jouissance et, en conséquence, à nos possibilités d’angoisse puisque nos certitudes se voient interpellées par cette traversée. L’artiste fait franchir de la sorte un pas important. Ce qu’il montre n’est pas un lieu ou plutôt un lieu décalé qui a valeur en notre imaginaire soudain dérouté d’abcès de fixation.

L’oeuvre devient le rebord de l’être, le rebord extérieur. Elle possède la puissance de percer notre inconscient. C’est pourquoi, le “ mal ” dont elle semble façonnée n’est plus une substance ferme mais un reste d’érosion, un dépôt. L’unité de l’être chancelle sous les pièces du puzzle dans lequel l’artiste nous plonge, nous abîme. Tout vacille dangereusement, bascule. D’où la force de ce franchissement, de ce passage et la terreur qu’elle suscite. Elle devient la source terrible de vie qui explose et se défonce en son feu souterrain.

La création n’est donc pas celle de la mort que l’on se donne ou qui nous est donnée mais – par delà ses images de mort – celle de la vie qui hante et à laquelle Tàpies donne paradoxalement la plénitude de ses formes primitives. Ce qui fascine c’est l’horizon, le creux, l’ultime tissu du monde, l’extase troublante qui découragent les morts. En ce sens son travail répond à l’injonction de Bataille : “ une oeuvre est oeuvre seulement quand elle devient l’intimité ouverte de celui qui la crée et de celui qui la regarde ”.

 
Image

Antoni Tàpies Gran signe d'interrogaciÒ, 2010
Technique mixte sur bois 150 x 150 cm # W15866 Copyright Galerie Lelong

Souvenons nous alors de ce que le poète Andreas Sanchez Robayna ami du peintre écrivait à son  sujet  en parlant de ses abîme qui se percutent et se répercutent de disparitions en épiphanies. :

"tu les connais. Ils semblent dialoguer

et ils observent".

Cela permet de comprendre l'essence même d’une œuvre unique. On ne voit que rarement ce qui constitue originellement la dimension formelle de son travail. Il  n'existe pas là où le regard domestiqué l'attend pour en verser l'acquis au compte de la perception. Son mode d'apparition implique, au contraire, une inversion de l'expérience commune et d'abord un véritable retournement du "entre" absorbant les limites qui paraissent le contenir.

Tapies récuse toute perception administrative ou gouvernementale du monde afin d'avoir accès à son ouverture. Son art implique le renversement d'un rapport au monde qui constitue lui-même un retournement et un détournement de la réalité.  Arrivant de nulle part et toujours en partance, ces œuvres complexes et imposantes font jouer le vide avec le plein. Ils existent l'un à l'autre à travers le phénomène de la lumière à l'état naissant pas le noir qui la soulève . La réalité ne tient qu'à ce prix nous rappelle Tapiès : "on n'y entrera pas sans être disparu" disait-il. On peut toutefois tenter l’aventure de la retrouver à travers l’œuvre avant de partir…

 
Image

 Photo de Antoni Tàpies Copyright Galerie Lelong © Photo :  Fabrice Gibert Courtesy Galerie Lelong

Biographie de Antoni Tàpies

 Antoni Tàpies est né à Barcelone en 1923. Adolescent de santé fragile, il commence à dessiner et peindre très tôt. Il fit des études de droit et de commerce à l'Université de Droit (1944-1946) de Barcelone et suit des cours de dessin à l'Académie Valls. De ces années il restera marqué par la guerre civile et ses atrocités. En 1946 il réalise ses premières œuvres abstraites: collage à partir de journaux, de ficelles, de papier et d'aluminium. 1948: Il fonde la revue Dau Al Set avec Ponç, Tharrats et Cuixart, il rencontre Joan Miro dont l'influence le fait entrer dans une période surréaliste. La même année il participe au Salon d'Automne de Barcelone. En 1950, sa première exposition personnelle à lieu à la Galeries Laietanes de Barcelone, tandis qu'il obtient une bourse de séjour pour la France. L'année suivante, à Paris, il rencontre Braque, Picasso, découvre l'art informel avec Dubuffet et Fautrier, ainsi que les écrits de Michel Tapié. En 1952, il participe à la Biennale de Vanise et l'année suivante ses oeuvres sont présentées à la Gallery Martha Jackson de New York. A partir de 1954, il revient à ses recherches de matière, mêlant huile, marbre pulvérisé, pigments en poudre ou latex, altérés par des signes informels, grattés dans la couche picturale. Sa peinture comme sa sculpture, acquièrent une renommées internationale et ses œuvres sont exposées dans tous les grands musées dès 1955 année où il expose à Paris, à la galerie Stadler. En 1973 une rétrospective est organisée au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris et en 1988 une rétrospective itinérante aux États-Unis. En 1981 il réalisa ses premières céramiques avec le céramiste allemand Hans Spinner. En 1984 est créée à Barcelone, la Fondation Antoni Tàpies. En 1992 il participe à l'Exposition universelle de Séville, au Pavillon Catalan.

Prix et distinctions :

- 1951. Prix de l'Academia Breve, Barcelone.
- 1953. Prix de la Biennale de Sao Paulo (Brésil).
- 1955. Prix Premio de la Republica de Colombia à la IIIème Biennale hispano-américaine de Barcelone.
- 1958. Prix de l'UNESCO. Premier Prix du Carnegie Institute (Pittsburgh, États-Unis).
- 1960. Prix des Affaires Étrangères à la Biennale Internationale des Arts Graphiques de Tokyo.
- 1964. Prix de la Fondation Guggenheim, New York.
- 1966. Grand Prix du Président de la République, Biennale de Menton (Alpes-Maritimes).
- 1979. Membre d'honneur de l'Académie des Beaux-Arts de Berlin.
- 1981. Médaille d'or des Arts, remise par le Roi Juan Carlos. Docteur honoris causa du Royal Collège of Art, Londres.
- 1983. Médaille d'or du Gouvernement catalan.
- 1985. Prix National de la Peinture, décerné par le Gouvernement Français.
- 1988. Docteur de l'Université de Barcelone.
- 1989. Nommé membre honoraire de la Kunstlerhaus de Vienne (Autriche).
- 1990. Prix Praemium Imperiale à Tokyo . Docteur honoris causa de l'Université de Glasgow (Grande Bretagne).
- 1992. Nommé membre honoraire de la Royal Academy of Arts, Londres, et de l'Academy of Arts and Sciences de Cambridge (États-Unis). Médaille d'or de la Ville de Barcelone.
- 1994  Élu membre de l’Académie des Beaux-Arts,le 15 juin 1994, au fauteuil de Witold Lutoslawski.

Principales œuvres :

- 1946. Collage au papier d'argent.
- 1946. Boîte aux ficelles.
- 1946. Figure de papier journal et fils.
- 1946-1947. Croix de papier journal.
- 1947. illustrations de Lull, publié en 1985.
- 1954. Blanc et taches rouges.
- 1956. L'Assiette cassée, Hommage à Gaudi n° IX.
- 1956. Rideau de fer au violon.
- 1956. Terre et peinture.
- 1957. Porte rouge.
- 1959. Blanc craquelé sur marron.
- 1960. Boîte en carton dépliée.
- 1961. Toile collée.
- 1962. Peinture sur chassis.
- 1962. Linge gris.
- 1963. Toile blanche au carton cousu.
- 1965. Traces de pas sur fond blanc.
- 1966. Nu.
- 1967. Chapeau renversé.
- 1968. En forme de jambe. Deux couvertures remplies de paille.
- 1970. Chaise recouverte. Pile d'assiettes.
- 1971. Grand drap noué aux détritus.
- 1973. Serviettes pliées.
- 1973-1974. Série des Assassins.
- 1974. L'espoir du condamné à mort.
- 1981. Premières céramiques.
- 1981. Hommage à Picasso XIV.
- 1981-1983. Monument en hommage à Picasso, Barcelone.
- 1982. A couché.
- 1984. Diptyque de vernis.
-1988. Crâne, terre chamottée.
- 1991. Pied.
- 1992. Céramiques murales du Pavillon Catalan et du pavillon du Comité International Olympique, Exposition universelle de Séville.

 
Image

 Photo de Antoni Tàpies Copyright Galerie Lelong © Photo :  Fabrice Gibert Courtesy Galerie Lelong

Principales collections publiques :

 Espagne:
- Fondation Antoni Tàpies (Barcelone),
- Fondation Juan March (Madrid),
- Musée national, Centre d'Art Reine Sophie (Ibid.),
- Fondation Pedraza (Ségovie).

États-Unis:
- Museum of Contemporary Art (Los Angeles),
- Allbright-Knox Art Gallery (Buffalo, New York),
- Hirshhorn Museum and Sculpture Garden (Washington).

Autres:
- Stedeljik Museum (Amsterdam),
- Waddington Galleries (Londres),
- museum Ludwig (Cologne).

Principales publications :

- 1978. L'art contre l'esthétique, Paris.
- 1981. Mémoires. Fragments pour une autobiographie.
- 1982. Tàpies, réplique, en coll. avec J. Davie, Paris.
- 1985. Per un art modern i progressista, Barcelone.
- 1987. Tàpies, peintures, sculptures, Paris.
- 1989. La réalité comme art.
- 1994. La pratique de l'art.

Biographie et bibliographie :

- Tàpies, Galerie Maeght, 1970.
- Tàpies, témoin du silence, par A. Cirici, Barcelone, 1972.
- Antoni Tàpies, Rétrospective 1946. 1973, Musée d'Art moderne de la Ville de Paris, 1973.
- Tàpies: l'Oeuvre gravée 1947-1972, par M. Galfetti, Saint-Gall (Suisse), 1974.
- Tàpies (s. n), Paris, 1975.
- Antoni Tàpies et l'esprit catalan, par P. Gionferrer, Paris, 1976.
- Antoni Tàpies, par J. Teixidor, Barcelone, 1976.
- Tàpies, par R. Penrose, Paris, 1978.
- Tàpies, par J. Cortazan, 1979.
- Tàpies, 1982.
- Tàpies, par J. Frémon, 1983.
- Tàpies, par G. Lascault, Paris, 1984.
- Antoni Tàpies, par V. Combalia Dexens, Paris, 1984.
- Tàpies, peinture 1965-1980, par B. Lamarche-Vadel, 1985.
- Tàpies et la nouvelle culture, par L. Permanyer, 1986.
- Tàpies, sculptures (s.n.), Paris-New York, 1986.
- Conversation avec Antoni Tàpies, par B. Catoir, 1988.
- Tàpies, peinture, par pref.G. Raillard, Paris - New York, 1988.
- Tàpies: Barnias, Fondation Antoni Tàpies, Barcelone, 1989.
- Tàpies, par V. Courbalia, Concha Lomba, Galerie Sarpe, Madrid, 1990.
- Tàpies, par J. Yan, G. Rai1lard, 1990.
- Antoni Tàpies print, par O. Wye, New York, 1991.
- Tàpies, Oeuvre gravée, M. Butor, J. M. Baron, A. Tàpies, 1991.
- Antoni Tàpies, la substance et les accidents, par J. Frémon, Le Muy (Var), 1991.
- Tàpies, par A. Franzke, 1993.
- Tàpies, objets du temps, par G. Moure, 1994.
- Tàpies, catalogue raisonné, par A. Agusti, 3 t, 1994.
- Matière de souffle: Antoni Tàpies, par J. Dupin, Paris, 1994.
- La syllabe noire de Tàpies, par G. Raillard, Marseille, 1994.
- Antoni Tàpies, par G. Duvvetas, 1994.

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice