La 18ème remise du Prix Picto de la Jeune Photographie de Mode s’est déroulé le mercredi 25 novembre au Pan Piper à Paris. Quelques heures plus tôt, c’est un jury riche en personnalités et en profils qui s’est réuni pour choisir le lauréat 2015 parmi les 27 portfolios sélectionnés.

Le jury 2015 était constitué de :
Constance Benqué - Présidente de Lagardère Publicité, CEO Elle France et International
Laetitia Deville - Brand Manager Thalys International
Lauriane Dula - Acheteuse d'Art @l'Adresse
Sylvie Hugues - Journaliste et consultante
Anna Alix Koffi - Fondatrice du magazine OFF the Wall
Caroline Lebar - PR & Directrice de la communication Karl Lagerfeld
Marie-Sabine Leclercq - Directrice de la communication globale Lanvin
Sylvie Legastellois - Directrice Artistique chez Chanel
Damien Melich - Directeur de la Création et des Contenus JCDecaux
Christel Vatasso - Directrice de Ford Models France
Pauline Walle - DA chez Rosapark
Sandrine Williamson - Responsable Offre & Achats Marionnaud et membre de l'Institut Français de la Mode
Esther Woerdehoff - Galeriste, Paris

Depuis 2014, trois photographes sont primés. Cette édition 2015 voit récompenser Laura Bonnefous avec le premier prix et le prix spécial des Directeurs de Création, Juliette Jourdain et Jean-Philippe Lebée remportent respectivement les deuxième et troisième prix.

LAURA BONNEFOUS

© Laura Bonnefous – Lauréate 2015

Lire la suite...

 

 

Petit rappel pour tous ceux qui se sont perdus dans l’immensité du salon Maison & Objet, ou qui n’ont pas pu venir, avec le vase Oiseau et la table Biplan deux des dernières créations 2015 Tsé & Tsé à retrouver entres autres dans les deux magasins à son enseigne, l’un au Louvre et l’autre dans le Marais à Paris. Fondée en 1991 par deux designers parisiennes, Sigolène Prébois et Catherine Lévy, Tsé & Tsé reste l’une des rares entreprises de création indépendante avec un optimisme inoxydable !

Vase Oiseau
Né sans plumes, l’Oiseau est un vase en faïence tachetée de couleurs. Les fleurs lui donnent sa parure et les herbes lui servent de vibrisses. La livrée de cet animal changeant se métamorphosera au gré des bouquets.

nouveautés tsé & tsé
Lire la suite...

 L’Espace d’art contemporain HEC organise le Dimanche 22 novembre 2015 à 15h au MAC/VAL la Table-Ronde :
« Ce que fait le troc au système de l’art »
Autour du Grand Troc, édition 2015 de Nicolas Floc’h
Alexandre Cadain - HEC 2015,
Nicolas Floc’h - artiste,
Jean-Marc Huitorel - critique d’art,
Tomasz Obloj - Professeur de stratégie à HEC Paris.
Modération par Madeleine Planeix-Crocker, Mathias Fournier, Arthur Bernard
- élèves de la Majeure/ Master Média-Art et Création de HEC Paris -
Le monde de l’art est semble-t-il plus que jamais dominé par des préoccupations purement économiques. Dans ce contexte, le troc, l’amateur et l’oeuvre collaborative trouvent-ils leur place ? Des formes alternatives de production et d’échange des oeuvres d’art existent. Le Grand Troc, projet de l’artiste Nicolas Floc’h présenté cet automne au MAC VAL, en fait partie. Au cours d’une année de rencontres et d’ateliers, Nicolas Floc’h a invité des collégiens, des enseignants et des agents départementaux de la région parisienne à exprimer des désirs collectifs visant à questionner et transformer leurs institutions, puis à matérialiser ces désirs en fabriquant des objets en bois et matériaux recyclés. Ceux-ci ont été numérotés et co-signés par l’artiste et le groupe concerné. Les objets sont actuellement exposés au MAC VAL afin d’y être troqués. Tout visiteur souhaitant acquérir un objet en bois peut le troquer contre l’objet réel, contre ce qu’il représente.
Ce projet interroge les logiques qui gouvernent aujourd’hui le système de l’art. Les oeuvres sont ici réalisées à plusieurs, avec des amateurs, et non par l’artiste seul. Elles ne sont pas, a priori, destinées à être vendues dans des galeries, des salles de ventes aux enchères ou des foires mais réunies dans un musée public pour être troquées par ses visiteurs. Comment notamment évaluer la valeur d’une oeuvre d’art, si elle n’a apparemment pas de prix ? N’a-t-elle qu’une valeur symbolique ? Ne vaudrait-elle comme oeuvre d’art que parce qu’elle a été signée par un artiste ? Ne reviendrait-il pas alors aux institutions publiques et notamment aux musées de garantir la valeur, le statut d’une oeuvre d’art ? Ou faudrait-il que d’autres acteurs, privés entre autres, interviennent ?
Intervenants :
Lire la suite...

{Vente art contemporain} {Art Paris}Scol’ART (2)

Par Fabrice Venturini

Quand la publicité fait Art

L’initiation d’un public non averti aux dimensions sémiologiques de l’image ne fait souvent sens que lorsqu’elle entre en résonance «  magnétique » avec un domaine cognitif connu, ou reconnu de l’enfance.

L’expérience menée auprès d’une classe de sixième concernant les clés de l’image a néanmoins donné lieu à d’étonnantes productions et réflexions. Témoin cette très belle argumentation d’une jeune fille intégrant tout juste le collège, et n’ayant de « BALLY » aucune connaissance préalable. Preuve, s’il en est, que l’iconologie peut aisément s’appréhender au-delà de tout référentiel d’enseignement.

Une expérience mise en place au collège Cohen-Ténoudji, vouée à perdurer…

Lire la suite...

 

 

Né à Paris en 1969, diplômé de l’ENSCI-Les Ateliers (Paris) en 1995, Toan Nguyen est un designer industriel français installé à Milan. Après Paris et Barcelone, il fait ses gammes chez Antonio Citterio, où il prend la direction du design et cosigne pendant dix ans plus d’une quarantaine de produits entre autres pour Axor-Hansgrohe, B&B Italia, Flos, Iittala, Kartell,Technogym ou Vitra avant de fonder son propre studio en 2008.

Trajectoire impeccable d’un rigoriste hédoniste, fasciné à la fois par la production en série et par la pièce unique « sur-mesure », résultat d’un travail artisanal d’excellence.

Une rigueur du geste, un sens du détail qu’il expérimente au cœur de l’industrie si artisanale du meuble italien et dans les dojos à titre personnel : l’art martial comme expérience fondatrice de son approche quotidienne du design « Commencer un dialogue avec une entreprise, c’est ressentir la vibration particulière du lieu et des gens qui le fondent.

Exactement comme une salle vide ne peut devenir un dojo, une salle de combat, qu’après de longues années d’intense entrainement. Le frottement du travail et des compétences chargent les lieux ou les entreprises d’une énergie particulière que je traduis aussi dans les projets ».
 

toan nguyen1
Lire la suite...

 Image
 

L’Art. Quoi de plus subjectif. Chacun a sa vision des choses et son opinion sur cette discipline. Pour la plupart des gens, arpenter les galeries d’art et courir les expositions est une activité ennuyeuse pour bien-pensants ou bobos parisiens. C’est faux. Un collectif est en marche pour vous prouver le contraire.

Son nom, « La Claque ». Ces membres apportent un nouveau regard sur l’art puisqu’ils sont eux-mêmes dans un cursus artistique. Ils tournent en dérision cet univers grâce aux différents formats de vidéos à commencer par les vidéos nommées « Claque 55 ».

Lire la suite...

{Vente art contemporain} {Art Paris}Scol’ART (2)

Par Fabrice Venturini

Quand la publicité fait Art

L’initiation d’un public non averti aux dimensions sémiologiques de l’image ne fait souvent sens que lorsqu’elle entre en résonance «  magnétique » avec un domaine cognitif connu, ou reconnu de l’enfance.

L’expérience menée auprès d’une classe de sixième concernant les clés de l’image a néanmoins donné lieu à d’étonnantes productions et réflexions. Témoin cette très belle argumentation d’une jeune fille intégrant tout juste le collège, et n’ayant de « BALLY » aucune connaissance préalable. Preuve, s’il en est, que l’iconologie peut aisément s’appréhender au-delà de tout référentiel d’enseignement.

Une expérience mise en place au collège Cohen-Ténoudji, vouée à perdurer…

Lire la suite...

Scol’Art : les icono… logiques

Image et enseignement général ne font, force est de le constater, que rarement cause commune efficiente. L’analyse de l’image enseignée aux scolaires relève dès lors beaucoup plus de la paraphrase que de l’appréhension proprement dite des processus iconologiques.

Et c’est là tout le paradoxe français ; le dogmatisme des compétences au détriment de l’errance intuitive. Se tromper sur l’image peut s’avérer vital - c’est un euphémisme -, au risque de la rendre muette…

Il nous faut retrouver, grands et petits, le syndrome « Fred » ; le célèbre auteur de bande dessinée. Il est ainsi frappant d’observer les capacités de réminiscence de nombre d’adolescents qui, de la lettre à l’image, possèdent la mémoire cachée où maître Philémon et l’ami Barthélémy (Robinson « transfiguratif ») ont jeté l’ancre et… l’encre.

scol art1
Lire la suite...

 

Flash Art International no.304 October 2015

We are pleased to announce that the October issue of Flash Art International  is out now.

Coinciding with the opening of “UH-OH,” Frances Stark’s midcareer retrospective at the Hammer Museum in Los Angeles, the new issue of Flash Art features a cover designed by the artist. Known since the start of her career for text-based work, Stark has increasingly employed typefaces to innovative and idiosyncratic effect, in pursuit of what has sometimes been identified as “writing in space.” The font Airsoft, developed together with her longtime collaborator Chris Svensson, appears here in a reworking of Robert Indiana’s iconic LOVE image of 1965, which itself made the leap from a MoMA Christmas card to a case of writing in space, rendered as sculpture at sites around the world.

In a featured essay Flash Art US Editor Eli Diner highlights the depictive qualities, the cleverness and invention of Stark’s processes of self-figuration and self-portrait: “She has set an ongoing narration of the process and the travails of making art and living as an artist and making a living as an artist in a perpetual present tense: depictions of what’s going on right now — personally, professionally and in the world as glimpsed from her studio or home.” — Eli Diner

Also, in this issue:

Flash Art International no.304 October 2015
Lire la suite...

Marguerite par Fabrice Venturini

Ponctué de cinq chapitres, « Marguerite » est un film qui s’écoute autant qu’il se regarde ; un film à l’esthétique « naturaliste » où chaque portion de vie s’étoffe de mélodies intermédiaires : sentimentales, musicales, in fine, quasi transcendantales…

Une réussite donc, où le talent de Catherine Frot explose comme rarement.

Xavier Giannoli signe un film d’une grande justesse où âmes égarées, non-dits, bienveillance et mensonges mêlés composent le portrait d’une femme aimante, et paradoxalement préservée.

Il faut voir « Marguerite » pour cela : pour sa sublime cruauté feutrée autant que pour cette femme prête à tout pour être regardée.

Et dans cette partition, tout sonne juste, personne ne chante faux.

C’est à une véritable symphonie organique que Giannoli nous convie.

« Marguerite », de Xavier Giannoli, avec :
Catherine Frot
André Marcon
Michel Fau
Christa Théret
Denis Mpunga
Sylvain Dieuaide
Aubert Fenoy
Sophia Leboutte
Théo Cholbi

 Image

Lire plus...

 

L'ART CLOCHE
précurseur obscur et méconnu du street art


" Si l'on oublie une marche,
la chute n'est pas loin"
proverbe chinois

     Continuateurs de dada, héritiers de l'Internationale Situationniste,  les artistes squatteurs du groupe Art Cloche dont, Schurder, Starck, Pawlowsky, Lolochka...doivent aujourd.hui trouver  la place qu'ils méritent afin de consolider l'ensemble de l'édifice qui porte actuellement haut le street art.

     D'abord à Paris dans les années 80, rive gauche , rue d' Arcueil  puis rive droite rue d' Oran ensuite en banlieue dans l'Essonne au CAES de Ris Orangis ils passent le millénaire à coup de  mémorables symposiums , festivals, départs de croisières artistiques sillonnant toute la région,  les artistes d'art cloche  transformèrent les friches en musées transfigurèrent les squats  firent que les rues deviennent les lieux d'exposition...  tout au moins en posèrent ils  les prémisses...

    

{Vente art contemporain} {Art Paris}

Lolochka Boudha Technique mixte de 1989
dim. 130 x 97 cm Collection Privée Paris

Lire la suite...
 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice