Le Musée Prive - Art Magazine

Banksy nous dévoile comment il a détruit (à distance) son œuvre "Girl with Balloon"
 
 
L’œuvre Girl with Balloon de Banksy chez Sotheby’s a été finalement adjugée 1,185 millions d'euros chez Sotheby’s. Lors de la vente, la toile avait été découpée via une déchiqueteuse dissimulée dans le cadre doré entourant la toile. Et c’est l’artiste lui-même qui avait décidé d’altérer partiellement son tableau. Fait amusant, l'artiste a réussi une première dans l'histoire des ventes aux enchères, en utilisant le commissaire-priseur comme un des éléments de l'oeuvre éphémère ainsi créée ? Il a créé ainsi une nouvelle oeuvre par cette action que l'on pourrait dire de "robotisée" car en effet c'est un système électrique qui a détruit l'oeuvre selon un processus établi par avance par l'artiste. Qui dit nouvelle œuvre, dit nouveau nom. Banksy a décidé de renommer sa toile Love is in the Bin (L’amour est dans la poubelle). On vous dévoile une vidéo making-of de son projet audacieux.

BANKSY a été acheté 188.500 EUR - Achetez  GUGLI un des précurseurs du STREET ART qui rassemble tous les symboles de ce mouvement, humour, créativité, érotisme, légèreté de l'être, critique et remise en question de la société (héritage de mai 68) - voir la biographie de GUGLI - Voir également LOLOCHKA une des créatrices du groupe ART CLOCHE, groupe précurseur et fondateur du Street Art avec notamment un de ses chefs de file : Henri SCHURDER

DIGARD AUCTION - 188 500 € pour Banksy vendredi 08 juin 2018

 

 

GUGLI Do It acrylique sur toile en dyptique dimensions 61 x 88 cm

 

 

 

GUGLI Sweet Song acrylique sur toile signée en bas à gauche en dyptique dimensions 61 x 88 cm

 

 DIGARD AUCTION - 188 500 € pour Banksy vendredi 08 juin 2018
Vendredi 8 juin, lors de la vente d’art contemporain urbain de DIGARD AUCTION, une œuvre du célèbre street artist BANKSY (né en 1974) a été acquise 188 500 € (frais inclus ; lot n° 44). Drill Rat a été réalisé en 2002 à la peinture aérosol sur plâtre.

 GUGLI Do It acrylique sur toile signée en bas à droite en dyptique dimensions 61 x 88 cm PRIX : 3800 EUR  GUGLI Sweet Song acrylique sur toile signée en bas à gauche en dyptique dimensions 61 x 88 cm PRIX : 3800 EUR

Experience the lively auction room atmosphere as bidders at Sotheby’s Contemporary Art Evening Sale in London drove the selling price of KAWS’ “Again and Again” to a record price for the artist. Eventually selling for £1.03 million, the depiction of one of America’s best loved cartoon characters was expected to fetch between £250,000–300,000. Download The Sotheby’s - FOR MORE NEWS FROM SOTHEBY’S Instagram: https://www.instagram.com/sothebys/ Facebook: https://www.facebook.com/sothebys Twitter: https://twitter.com/sothebys Pinterest: https://www.pinterest.com/ Weibo: https://www.weibo.com/sothebyshongkong WeChat: sothebyshongkong Snapchat: Sothebys
 
 
KAWS, the Brooklyn-based artist also known as Brian Donnelly, is recognized for his appropriations of animations from popular culture; one of his most notable characters is COMPANION – a dark twist on Mickey Mouse. Composed of vibrant colors, an eerie grin and KAWS’ classic X-eyes, this portrait of SpongeBob offers a poignant social commentary on an image-saturated and media-obsessed contemporary society. “[I] found it weird how infused a cartoon could become in people's lives; the impact it could have, compared to regular politics,” the artist explains. Nostalgic to some, humorous to others, take a glimpse into the sale room as bidding goes back and forth for this iconic, record-setting work.

Partout dans la presse on affiche des prix records dans les ventes aux enchères internationales aussi bien en France qu’à l’étranger, pour des artistes de notoriété internationale: avec ces résultats on fait un buzz qui laisse croire que les œuvres d’art valent cher, et se vendent facilement.
La réalité est toute autre : 80% des ventes mondiales aux enchères se font à moins de 6000 € et même 50% des ventes se font à moins de 1000 € alors que le marché de plus de 135.000 € ne représente que 2% du marché et au-delà de 300.000 € ce marché n’est que de 1%. Alors de quoi parle t'on ?
C’est le grand mensonge du marché de l’art qui laisse entendre qu’il faut payer cher les chefs d’œuvre.
Les vrais collectionneurs eux savent que l’on peut acquérir un chef d’oeuvre d’un artiste connu pour moins de 3000 € : vous en aurez la preuve en vous promenant à Drouot dans les ventes aux enchères ou chez les marchands, ateliers d'artistes, galeries et foires d'art.
Les prix des œuvres de haut niveau vont-ils baisser : la réponse est oui, la baisse a déjà commencé :

Le 20 juin 2018 une œuvre de Picasso chez Christies Londres
Femme dans un fauteuil (Dora Maar) (1942)
Peinture, Huile/toile, 92 x 73 cm
Estimée: 20 489 256 € à 28 457 300 €
S’est vendue au marteau 19 350 964 €

Le 19/06/2018 chez Sotheby's Londres une œuvre de Picasso,
Buste de femme de profil (Femme écrivant) (1932)
Peinture, Huile/toile, 116,3 x 73,5 cm
Dont on attendait 45.000.000 € a été vendue au marteau: 27 312 432 €

Le 19/06/2018 chez Sotheby's Londres une œuvre de Picasso,
Le peintre et son modèle (1964)
Peinture, Huile/toile, 162 x 130 cm
Estimée 8 535 135 € à 10 811 171 €
a été vendue au marteau 6 259 099 € soit moins que l’estimation basse.

Par contre on peut estimer que toutes les œuvres entre 0 et 18.000 € qui représentent 90 % du marché vont s’apprécier régulièrement, des bonnes affaires sont à faire : 30% des transactions mondiales se font même à moins de 390 €. N’oubliez pas que si vos grands-parents avaient acheté pour l’équivalent de 500 à 7000 € à l'époque des Picasso, Chagall, Van Gogh etc. vous seriez aujourd’hui très riches. Des milliers d’artistes sont sous-cotés sur le marché actuel de l’art car les acheteurs fortunés sont des suiveurs et non pas des novateurs et des découvreurs de talents. Formez votre œil en allant dans les galeries, les ventes aux enchères, les Musées, en visitant les ateliers d’artistes : devenez un vrai amateur d'art capable d'avoir votre opinion par vous-même en toute indépendance, et faites-vous plaisir en devenant propriétaire d'une oeuvre qui vous séduit.
Le monde change dans tous les domaines et le marché de l’art va subir des grandes remises en question sur le haut niveau qui rappelons-le ne représente que 2% du marché : et tant pis pour les spéculateurs et suiveurs et tant mieux pour les vrais amateurs et amoureux de l'art. L'art est une histoire d'amour.

Patrick Reynolds

lochka1989 116x89 nativ h

Lolochka huile sur toile de 1989 Nativité dim. 116 x 89 cm exemple de chef d'oeuvre créé par une des artistes fondatrice du mouvement Art Cloche précurseur de Stree Art

Lire la suite...

LE MUSEE PRIVE CREE EN 1994 PAR PATRICK REYNOLDS OUVRE SON DEPARTEMENT VENTES EN LIGNE POUR VOUS AIDER A VOUS CONSTITUER UNE COLLECTION OU VENDRE VOS TABLEAUX EN LIGNE
LE MUSEE PRIVE CREATED IN 1994 BY PATRICK REYNOLDS OPENS ITS SALES DEPARTMENT ONLINE TO HELP YOU
BUILD A COLLECTION OR SELL YOUR ART WORKS ONLINE

Hériberto Cogollo (né en 1945) huile sur toile dimensions 162 x 130 cm signée en bas à droite et datée IX 73  

Hériberto Cogollo (né en 1945) huile sur toile dimensions 162 x 130 cm signée en bas à droite et datée IX 73 Au dos étiquette Galerie EDITIONS GEORGES VISAT 13, rue du Dragon PARIS 6ème.
Fourni le Catalogue de l’exposition du 4 mai au 6 juin 1973 : Cogollo Le monde d’un Nohor Galerie Suzanne VISAT
PRIX : 7500 EUR

Ilana RAVIV (1945) girl on a wooden horse acrylique sur toile de 2002 dim.102 x 76,5 cm signée en bas à droite Rétrospective au Moscow Museum of Modern Art du 24 décembre 2008 au 18 janvier 2009

Ilana RAVIV (1945) girl on a wooden horse acrylique sur toile de 2002 dim.102 x 76,5 cm signée en bas à droite
Rétrospective au Moscow Museum of Modern Art du 24 décembre 2008 au 18 janvier 2009
Prix : 8500 EUR

Lire la suite...

Jan Saudek, one of a kind, revolutionary, reckless.

He is one of the most important and renown Czech art photographers in the world.

Saudek has had over 400 solo exhibitions. His photographs are included to some of the world's most important art collections.

Born in Prague in 1983, his father was a Jew, so he and his family automatically became Nazi's target. Jan Saudek was still a child when his family suffered during the World War II. Little Jan together with his brother, was kept in Mischlinge, the concentration camp for children. Their father also was deported to the concentration camp. All of them survived the war.

The catastrophe of the war and the absence of a happy childhood are intensely shown in Saudek’s works. The artist often repeats his themes and styles, while he combines notions of eroticism and memories of a childhood, creating a surreal and dream-like result.

Saudek images are all about evocation, an evolution from child to adult, there are lots of nudity and semi-nudity in his work. And what's interesting is, he is not that type of photographer who tries to show you beauty, no, its opposite. In his images, he uses people who are overweight in absurd positions, old half nude ladies, young girls with cigarettes, midgets, and what interesting is that he loves posing himself nude as well!

In his ART he shows scenes of love, lust, interpersonal bond, family, youth, old age and all that comes between.

His provocative and shocking work has not always been widely accepted. On the contrary, Saudek has been criticized for the nature and content of his work, which often depicts controversial erotic scenes. In the works displayed below, Saudek’s sexually-charged, dreamy worlds interact with innocent but bold characters. Their sensuality in combination with the background, create a feeling of mysticism and spirituality, making Saudek’s paintings look like odes to three of the most important things in life. Life, death, and sex.

His work has been recurrently criticized and banned due to its controversial and sensitive objects.

His work balances between admiration and offense. Saudek has been accused of painting children in sexual environments. On August 21, 2011, during the opening of the Ballarat International Foto Biennale, his work Black Sheep & White Crow was removed from the show, due to child prostitution reports.

It's hard to explain how his ART with all those themes of personal erotic freedom and wildness survived during the Communism regime.

Saudek lives in Prague now, he is happily married and had a baby a few years ago.

Jan Saudek Photo courtesy of the Artist
Lire la suite...

Exposition Balthus
2 septembre 2018 – 1er janvier 2019

FONDATION BEYELER
Baselstrasse 101
CH-4125 Riehen/Basel
Tél. +41 61 645 97 00
Fax +41 61 645 97 19
https://www.fondationbeyeler.ch/fr/ 
E-Mail: info(at)fondationbeyeler.ch

Avec l’exposition Balthus, la Fondation Beyeler présente l’un des derniers grands maîtres de l’art du 20ème siècle, également l’un des artistes les plus singuliers et les plus controversés de l’art moderne.
Cette présentation d’envergure, dont la planification a débuté en milieu d’année 2016, prend pour point de départ l’oeuvre majeure Passage du Commerce-Saint-André (1952–1954), qui se trouve à la Fondation Beyeler depuis de nombreuses années en tant que prêt permanent d’une importante collection privée Suisse.

Dans son travail aux facettes et aux lectures multiples, vénéré par certains et rejeté par d’autres, Balthus, de son vrai nom Balthasar Klossowski de Rola (1908–2001), trace une voie artistique alternative, voire opposée aux courants des avant-gardes modernes et des représentations que l’on peut s’en faire. Dans cette voie solitaire, le peintre excentrique se réfère à un large éventail de prédécesseurs et de traditions artistiques allant de Piero della Francesca à Poussin, Füssli, Courbet et Cézanne. Mais un examen plus attentif révèle aussi les impulsions de certains courants artistiques modernes, notamment la Nouvelle Objectivité ou le Surréalisme, qui offrent un contexte aux stratégies parfois provocatrices de mise en scène picturale de Balthus et aux dimensions abyssales et insondables de son art. Sa distanciation fondamentale du modernisme, démarche que l’on peut presque qualifier de postmoderne, mène pourtant Balthus à développer une forme toute personnelle d’avant-garde, qui apparaît d’autant plus pertinente aujourd’hui.
Balthus s’affirme en effet comme l’artiste de la contradiction et du trouble, dont les oeuvres à la fois sereines et fébriles font se rencontrer des contraires qui mêlent de manière unique la réalité et le rêve, l’érotisme et la candeur, l’objectivité et le mystère, le familier et l’étrange. Dans ce jeu de contrastes, Balthus combine des motifs de la tradition artistique à des éléments empruntés aux illustrations populaires de livres pour enfants du 19ème siècle. Ses tableaux sont empreints d’ironie tant implicite qu’explicite, réfléchissant et s’interrogeant par là sur les possibilités et les impossibilités figuratives et esthétiques de l’art du 20ème siècle et au-delà. Les paradoxes s’étendent aussi à la personne de Balthus, qui dans un geste de modestie tenait à être considéré comme un « artisan » tout en adoptant la posture et le statut de l’aristocrate intellectuel cultivant des liens étroits avec de grands philosophes, écrivains, gens de théâtre et cinéastes de son temps. Sa longue vie, qui a coïncidé avec la quasi-totalité du 20ème siècle, a ainsi oscillé constamment entre ascèse et mondanité.

BALTHUS, THÉRÈSE, 1938  Huile sur carton sur bois, 100.3 x 81.3 cm The Metropolitan Museum of Art, New York, Légué par Mr. et Mrs. Allan D. Emil, en l’honneur de William S. Lieberman, 1987 © Balthus, Photo: The Metropolitan Museum of Art/Art Resource/Scala, Florence

BALTHUS, THÉRÈSE, 1938
Huile sur carton sur bois, 100.3 x 81.3 cm
The Metropolitan Museum of Art, New York, Légué par Mr. et Mrs. Allan D. Emil, en l’honneur de William S. Lieberman, 1987
© Balthus, Photo: The Metropolitan Museum of Art/Art Resource/Scala, Florence 

Lire la suite...

Françoise ForgeritUn cycle de conférences a eu lieu en 1998 au Musée du Louvre animé par Jean Galard et Matthias Waschek du service culturel du Musée. De ces conférences est né un livre qui réunit les différentes interventions et dont le thème commun était : Qu’est-ce qu’un chef-d’œuvre ?
Il nous faut remonter au fondement même de ce concept : j’ai trouvé intéressant de poser la question à Françoise Forgerit Agrégée d’histoire et passionnée d’art contemporain qui nous ouvre les portes en créant le lien entre le passé et le présent :

« Au Moyen Age, un chef d’œuvre est un objet réalisé comme témoin du talent et des aptitudes à exercer un métier.
Avec le renouveau des villes aux alentours de l’An 1000 , les artisans se regroupent par métiers pour défendre leur savoir-faire et leurs intérêts . Ainsi  ces associations appelées corps de métiers ou corporations réglementent la production et les prix, de même qu’elles hiérarchisent les membres d’un même métier entre maîtres, propriétaires de l’atelier, compagnons, salariés du maître, et apprentis, logés et nourris par le maître.

Les meilleurs compagnons disposant de quelques moyens financiers et désirant devenir maîtres réalisent un chef d’œuvre soumis au jury de leur corporation. La réussite du chef d’œuvre est la preuve de la qualité du compagnon et permet à celui-ci de passer du statut de compagnon à celui de maître par cooptation. Le compagnon est libre de choisir le type de chef d’œuvre qu’il veut proposer. Par exemple, dans le cadre de la corporation des ébénistes, le chef d’œuvre peut consister en une commode, un secrétaire ou une bergère de la taille d’un meuble de poupée, mais présentant toutes les difficultés et complexités d’exécution d’un meuble d’appartement.
A la fin du Moyen Âge, les chefs-d’œuvre deviennent, par leur coût, le fait des fils de maître. Ainsi, les corporations se ferment sous l’Ancien Régime. Elles sont finalement abolies en 1791 avec la Révolution française au nom de la liberté d’entreprendre. »
Francoise Forgerit

Michel PATRIX huile sur toile de 1954 Ancienne Collection Emmanuel David - Collection Patrick Reynolds

Michel PATRIX de 1954 huile sur toile 100 x 81 cm
Ancienne Collection Emmanuel David
Collection Patrick Reynolds

Lire la suite...

Bacon – Giacometti

29 avril – 2 septembre 2018
Fondation BEYELER
Baselstrasse 101
4125 Basel
Suisse
https://www.fondationbeyeler.ch/fr/ 

Avec Alberto Giacometti et Francis Bacon, la Fondation Beyeler présente à partir du 29 avril 2018 deux protagonistes d’exception de l’art moderne, tant amis que rivaux, dont la vision a fortement influencé l’art de la deuxième moitié du 20ème siècle à aujourd’hui. C’est la toute première fois qu’un musée consacre une exposition conjointe à ces deux artistes, éclairant leurs rapports et leurs relations. Aussi différentes que leurs oeuvres puissent sembler à première vue, ce face-à-face inattendu fait apparaître des correspondances surprenantes. L’exposition comprend des oeuvres célèbres des deux artistes, complétées par des oeuvres rarement exposées. A noter plus particulièrement, une série de plâtres originaux en provenance de la succession de Giacometti jamais encore dévoilés au grand public, ainsi que quatre grands triptyques de Bacon. Une salle multimédia propose des aperçus spectaculaires des ateliers des deux artistes. L’exposition est organisée par la Fondation Beyeler en collaboration avec la Fondation Giacometti, Paris.

Le peintre britannique et le sculpteur suisse se sont rencontrés au début des années 1960 au travers d’une amie commune, l’artiste Isabel Rawsthorne. En 1965, leur relation était déjà telle que Bacon avait rendu visite à Giacometti à la Tate Gallery à Londres lorsque ce dernier y installait son exposition. Une série de clichés du photographe anglais Graham Keen documente cette rencontre, montrant les deux artistes en intense conversation. Plus d’un demi-siècle plus tard, les deux artistes sont réunis à la Fondation Beyeler et ce double portrait photographique ouvre l’exposition.

Alberto Giacometti und Francis Bacon, 1965 Tirage gélatino-argentique © Graham Keen

Alberto Giacometti und Francis Bacon, 1965 Tirage gélatino-argentique © Graham Keen

Lire la suite...

L'année 2018 a commencé en beauté pour le magazine en ligne LE MUSEE PRIVE qui voit son audience augmenter régulièrement :

240.000 visiteurs par mois dont 53% sont américains,

DEVENEZ PARTENAIRE DU MAGAZINE D'ART EN LIGNE LE MUSEE PRIVE EN ENTRANT AU CAPITAL DU SITE.

Le succès de l'alliance de publication d'articles portant sur l'art et de la vente en ligne d'oeuvres d'art porte l'ambition légitime de devenir le 1er support du monde de l'art.

A cette fin, nous avons l'intention d'ouvrir le capital de notre société aux investisseurs qui le désirent et, en même temps d'offrir des emplois pour assurer un service de haute qualité auprès des musées, galeries, commissaires-priseurs, artistes, tout en étant en relation avec les annonceurs publicitaires du domaine du luxe comme le montre la vidéo ci-dessous.

The year 2018 is starting beautifully for the online magazine LE MUSEE PRIVE which sees his audience increase regularly:

240,000 visitors a month, 53% of whom are Americans

BECOME PARTNER OF THE ART MAGAZINE ONLINE LE MUSEE PRIVE BY ENTERING THE CAPITAL OF THE SITE.

The success of the alliance of publishing articles on art and the online sale of works of art carries the legitimate ambition to become the first support of the world of art.

To this end, we intend to open the capital of our company to investors interested in our company and at the same time to offer jobs to ensure a high quality service to museums, galleries, auctioneers, artists , while being in relation with advertisers advertising the field of luxury as shown in the video below.

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice