Khaled Ghorbal

Critique cinéma: Rembobimage

Khaled Ghorbal  

Entre digression et cohésion, couleurs d’un humanisme d’aujourd’hui

Par Fabrice Venturini


Définir le cinéma de ce réalisateur aussi majeur que discret relève en quelque sorte de la gageure. Rares sont en effet les cinéastes  « patients » et obstinés à porter la cohésion de leur œuvre à ce degré de perfection. Khaled Ghorbal est de ceux-là. De ceux qui, comme les frères Dardenne, savent capter les ellipses, au point d’en faire des « phrasés » visibles autant qu’audibles, de par leurs vibrations éparses.
Un silence, chez Khaled Ghorbal, c’est déjà un film. Dans ce cinéma transi de territoires (désert, ville, émancipation, rencontre et renoncement), chaque objet constitue sa propre digression. L’espace du 9-3, dans «  Un si beau voyage », devient étendue vierge de sable blanc dans la seconde partie du film. La rage de «  Fatma », son deuxième long métrage, devient odyssée de l’être.«El Mokhtar » (L’Elu) enfin, son premier court métrage, met en exergue la radicalité ontologique de son objet.
En pointilliste aguerri, Khaled Ghorbal propose avec «  Zaafrane », son dernier opus, toute la palette d’une variante qui réinterroge l’ensemble d’une œuvre.
Reste à souhaiter que le cinéma français continuera d’égrener la parole et la fibre de ce cinéaste hors des sentiers battus…

Khaled Ghorbal
 

Khaled Ghorbal, né en 1950 à Sfax, est un réalisateur tunisien.

Il étudie le théâtre au Centre d'art dramatique de Tunis, à l'Université internationale du théâtre de Paris, à l'Université Paris-VIII puis à l'École internationale de théâtre Jacques Lecoq.

De 1972 à 1985, il anime des ateliers de théâtre, dirige la troupe du théâtre de Sfax en Tunisie et devient le directeur de salles d'Art et Essai. Ghorbal met en scène, écrit pour la scène et monte lui-même sur scène. Entre 1994 et 1998, il coordonne le dispositif « École et cinéma, les enfants du deuxième siècle » lancé par le Centre national de la cinématographie.

Il se lance ensuite dans la scénarisation et la réalisation cinématographique avec son court métrage El Mokhtar qui obtient cinq prix de festivals internationaux, dont le Prix Telcipro et la mention spéciale du jury au Festival international du film d'Amiens en 1996. Son premier long métrage Fatma sort en 2001 et rafle à nouveau de nombreux prix dont le Prix art et essai à la Quinzaine des réalisateurs du Festival de Cannes 2001, le Prix de l'espoir au Festival international du film de Rabat (2001) et le Prix du meilleur réalisateur au Festival international du film du Kerala (2002). Il réalise ensuite un nouveau long métrage Un si beau voyage avec Farid Chopel et travaille à l'écriture du portrait documentaire de Maurice Garrel.

Soirée évènement consacrée à Khaled Ghorbal avec la participation de Fabrice Venturini.
 
Autour de Khaled Ghorbal et Georges Brassens
 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE