Angelika Markul Galerie Laurence Bernard Genève

Le Musée Privé Magazine d'Art Moderne et Contemporain

Angelika Markul : accords et désaccords par Jean-Paul Gavard-Perret

Angelika Markul, « Excavations of the future », Galerie Laurence Bernard, Genève, du 15 septembre au 1er novembre 2016.
http://www.btwgallery.com/

 
Angelika Markul ne cesse d'appuyer sur des contrastes : celui de la beauté et de l'horreur. L'artiste se rend dans les lieux du monde où la catastrophe a sévi (Fukushima, Tchernobyl, Bagdad, etc.) afin de chercher un sens ou l'absurdité aux actions humaines.  Elle monte un monde aussi suave que  violent. L'univers est perversement polymorphe.  Les hybridations nous font vaquer entre la vie et la mort. Nous sommes projetés dans une sorte  d'univers des limites sans que nous sachions si nous restons en dedans ou si nous sommes déjà au dehors. Toute l'œuvre joue donc de l'ambiguïté et les oscillations en des formes ouvertes aux interprétations.

angelika markul1h

Portrait de Angelika Markul

angelika markul2h
Angelika Markul Sculpture II (détail), 2015.  Métal, cire, bois, feutre et corde. 115 x 150 cm. 62 x 63 x 130 cm (table).
Courtesy Angelika Markul et Galerie Laurence Bernard

La créatrice fait jaillir des forces telluriques et les modifications parfois catastrophiques des hommes. Dessins,  vidéos, sculptures forment des paysages étranges entre recueillements et bouleversements. Peuvent se discerner des approches écologistes mais plus encore des méditations sur la nature et ses métamorphoses. Le spectre de la catastrophe n'est jamais loin et les dessins offrent un cérémonial inquiétant.

L'œuvre devient une mémoire de l'humain et du monde  « Mon rapport à la mémoire vient de mon obsession pour la mort et de mon histoire. » dit la créatrice.  Mais existe chez  elle plus qu'une critique sociale. Un sentiment d'étrangeté  et la solitude sont consubstantiels à l'œuvre où semblent se discerner les premiers et derniers temps de l'humanité. S'y croisent dans une atmosphère onirique diverses influences. L'artiste y explore un monde étrange, tourmenté mais plein de poésie profondément dérangeante. Cela témoigne de la part de l'artiste d'une absence d'inhibition, de peur, de préjugés : aux regardeurs d'oser le même engagement.

Jean-Paul Gavard-Perret

angelika markul3h
Angelika Markul Sans titre, 2015
Métal, verre, cuir, feutre, cire. 40 x 101 x 82 cm.
Courtesy Galerie Laurence Bernard, Genève

Angelika Markul est née en 1977 à Szczecin. Elle  vit entre la France et la Pologne. Elle obtient son diplôme à l'Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris en 2004. Depuis le début des années 2000, Angelika Markul conçoit un corpus d'oeuvres sombres et puissantes, cherchant l'humanité dans les lieux les plus éloignés. Le temps, la mémoire, l'Homme et la nature sont les lignes principales de sa démarche,  s'intéressant particulièrement aux paysages inhabituels et isolés. Sa pratique se situe entre la vidéo, la sculpture et l'installation, toujours en apportant un regard poétique et plastique aux situations menaçantes, l'artiste n'hésite pas à se rendre dans des lieux où la mort à frappé et ou le danger est toujours présent ( Fukushima, Tchernobyl, Bagdad, etc.). Elle montre à travers ses vidéos les désastres naturels ou les catastrophes causées par humain et aborde cela sous l'angle immémorial.

Angelika Markul born in 1977 in Szczecin. She lives and works between France and Poland. She gratuated from the Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts of Paris in 2004. Since the beginning of the 2000s, Angelika Markul sets up a corpus of dark and powerful works, drawing a map of humanity in its most remote territories. The time, memory, man and nature are guiding lines for this artist who is particularly interested in not common and deserted landscapes. Her practice navigates between video, sculpture and installation, bringing a look both poetic and plastic on hazardous or conflictual situations. Not hesitating to go to places where death struck and where the danger is still there ( Fukushima, Tchernobyl, Baghdad, etc), she shows trough her videos natural disasters or catastrophes attributable to humans and crosses that with immemorial questions.

Galerie d'art contemporain à Genève

Créée en septembre 2014 à Genève, en Suisse, la galerie Laurence Bernard représente des artistes contemporains suisses et internationaux. La programmation de la galerie se concentre sur les liens entre l'art et l'architecture et axe ses recherches sur le travail conceptuel des artistes - détournement d'objets, vidéo, performances, photographie, dessins et sculptures. Située dans le quartier des Bains, la galerie se trouve au 2 rue des Vieux-Grenadiers.

Created in September 2014, Laurence Bernard Gallery represents both Swiss and international artists. The gallery's programming focuses on the links between art and notions of environment, space and architecture. Its research concentrates on the conceptual work of the artists through the transformation of objects, as well as videos, performances, photography, painting, drawing and sculpture. Located in the Quartier des Bains of Geneva, very near the MAMCO, we can be found at 2, rue des Vieux-Grenadiers.

 

LE MUSEE PRIVE

tél: (33) 09 75 80 13 23
Port.: 06 08 06 46 45

 
Le Musée Privé Magazine d
 

 Patrick Reynolds
Directeur de publication

  art à Paris - LE MUSEE PRIVE
 

sur rendez-vous à la demande

Visitez notre boutique sur artprice

Visitez notre boutique sur ebay


CHERCHER SUR NOTRE SITE

 

artprice